Fifth_Dimension2

Fifth Dimension (aussi connu sous le diminutif de 5D) est le troisième album des Byrds, et un de leurs plus connus. Sorti en 1966, il contient trois des plus célèbres chansons du groupe de Roger McGuinn (chant, guitare) et David Crosby (idem). Les autres membres du groupe à l'époque sont le batteur Michael Clarke et le bassiste et chanteur Chris Hillman. Si vous regardez dans les tags, vous remarquerez que Gene Clark s'y trouve. Ce musicien et chanteur a fait partie des Byrds, qu'il a quitté en 1966, avant la sortie de l'album. Il est crédité sur l'album, aux tambourins et harmonica (choeurs aussi), en tant qu'invité, car officiellement, il n'était plus un Oyseau (sa peur de l'avion a fait qu'il a quitté le groupe - con, pour un Oyseau, de ne pas aimer voler...ah ah ah). Van Dyke Parks, connu surtout pour sa collaboration avec Brian Wilson pour l'album maudit des Beach Boys Smile (1967-68), est crédité ici en tant que claviériste occasionnel.

byrdsnew

Fifth Dimension est un des meilleurs albums du groupe, donc, mais c'est aussi et surtout un disque qui ne marchera pas à sa sortie. Non pas que les Byrds ne marchaient pas, mais le sujet principal des chansons choisies en tant que singles (Eight Miles High notamment) ne plaira pas aux radios : on y parle de drogues. Les Byrds sont parmi les premiers groupes, avec Jefferson Airplane (White Rabbit), à parler ouvertement de came qui fait planer, le peyotl, le LSD, les champignons magiques, les buvards qui font pousser des ailes aux jeunes cons... Eight Miles High possède un titre éloquent ("je plane à huit miles de hauteur"), et musicalement, la chanson, comme l'album (qui est court : même pas 30 minutes), est totalement psychédélique. Comme Wild Mountain Thyme, Mr Spaceman, 5D (Fifth Dimension) ou le très étrange What's Happening ?!?! interprété et écrit par David Crosby. I Come And Stand At Every Door a sa place comme étant une des chansons les plus sépulcrales, les plus glauques, les plus oppressantes de l'histoire du rock psychédélique, à égalité avec The Red Telephone de Love (1967). La chanson, basée sur une poème de Nâzim Hikmet, parle d'une petite fille tuée pendant le bombardement nucléaire d'Hiroshima et dont l'esprit erre, de porte en porte, à la recherche de la paix de l'âme, du repos, en plein holocauste nucléaire. It has been around ten years/Since I'm dead in Hiroshima/I'm seven years old/Dead children do not grow. Youpi. Qui a dit que les Byrds faisaient des chansonnettes sucrées à base de guitares carillonantes ?

byrds

Chose amusante, alors que la bande à McGuinn s'étaient fait une spécialité de reprendre des chansons de Dylan, ici, on n'en trouve absolument aucune. Oh, il y à des reprises : Wild Mountain Thyme est basé sur un air traditionnel, comme John Riley. Mais sinon, aucune reprise dylanienne (le groupe se refera une réputation de remakeurs dylaniens dès l'album suivant, Younger Than Yesterday, qui reprendra My Back Pages). Psychédélique, étrange, contenant quelques une des chansons les plus réussies du répertoire des Byrds, Fifth Dimension, ou 5D pour les intimes, est un de leurs meilleurs albums. Perso, je le classe en quatrième position dans mon Top 5, derrière Dr Byrds & Mr Hyde, The Notorious Byrd Brothers et Sweetheart Of The Rodeo, et devant Mr Tambourine Man (le premier Byrds).

FACE A

5D (Fifth Dimension)

Wild Mountain Thyme

Mr Spaceman

I See You

What's Happening ?!?!

I Come And Stand At Every Door

FACE B

Eight Miles High

Hey Joe (Where You Gonna Go)

Captain Soul

John Riley

2-4-2 Fox Trot (The Lear Jet Song)