00602527214641_S

De même que le 4 de Foreigner (réabordé récemment) et le Isolation de Toto, cet album est extrêmement important pour moi. Celui-là peut-être plus encore que les autres. On parle des Rolling fuckin' Stones, ici, après tout, et cet album fut mon premier d'eux. Je me souviens encore de quand le 45-tours Highwire est sorti, alors que je n'avais que 9 ans, c'était donc en 1991. Chanson politique sur la Guerre du Golfe (bon, ça, évidemment, à l'époque, je ne pouvais pas m'en douter), elle cartonnait, c'était la première du groupe en deux ans (ça aussi, je ne pouvais pas le savoir), et malgré mon jeune âge, déjà, j'adorais et j'ai demandé à mes parents d'acheter le 45-tours (pochette blanche s'ouvrant par le haut, un gros point d'exclamation noir au centre). Peu de temps après, j'ai demandé qu'on m'offre cet album, pour deux raisons : j'avais déjà deux chansons du groupe en tête (Highwire et Paint It, Black, cette dernière, grâce à un 45-tours de mon père, le seul disque qu'il a jamais eu de ce groupe dont il n'est pas très fan), j'adorais les deux ; et deuxième raison, la pochette, cette flamme sur fond rouge criard, me plaisait. Je ne savais pas que c'était un live, je ne connaissais quasiment aucune chanson du groupe (bon, (I Can't Get No) Satisfaction et Miss You, si, je connaissais), et évidemment, aucun de leurs albums. J'ai, on peut le dire, découvert un des groupes de ma vie avec ce live sorti en 1991, Flashpoint. Que l'on m'a offert, en K7 Audio (même nombre de morceaux que le CD, mais Sex Drive en finale de la face A). Je ne l'ai acheté en CD que tardivement, très tardivement, vers 2010, hé si. Je ne peux plus l'écouter, mais j'ai toujours la K7. 

RS1

Flashpoint est le cinquième live du groupe (par la suite, ils en feront d'autres...), et sans être leur pire (indéniablement, c'est leur premier, Got Live If You Want It, des années 60, dont la qualité audio est absolument merdique, on entend nettement plus le public en chaleur que le groupe, et il y à même des doutes sur le fait que tout y soit live, en fait), ce n'est pas leur meilleur. A l'époque, les Galets qui Roulent sont en tournée mondiale de promotion de leur album de 1989, le très bon Steel Wheels. La tournée, Urban Jungle World Tour, sera par la suite illustrée par un des lives archivaux "From The Vaults", Tokyo Dome 1990. Le concert tokyoïte a en partie servi pour Flashpoint, live enregistré en utilisant le procédé sonore binaural, par ailleurs. Ce qui en résulte une qualité sonore assez exceptionnelle, il faut le dire, et si on écoute le disque au casque, l'impression d'y être. Je ne vais pas dire où furent enregistrés les 15 titres (on en a 17 sur le CD, mais les deux derniers sont des enregistrements studio bonus ; le vinyle ne contient que 15 titres répartis sur une seule galette, car Rock And A Hard Place et Can't Be Seen, deux morceaux issus de Steel Wheels, manquent à l'appel), car ça a été fait un peu partout durant la tournée mondiale. Le résultat est si bien mixé qu'on a l'impression d'un seul et unique concert. Le CD dure 76 minutes, on a une bonne heure de live, c'est un peu frustrant, mais ce que l'on trouve ici est, dans l'ensemble, remarquable.

RS2

Comme par exemple Sympathy For The Devil, You Can't Always Get What You Want, un Little Red Rooster avec la participation d'Eric Clapton, Start Me Up, Ruby Tuesday et Brown Sugar. Rendez-vous compte, les mecs, j'ai découvert ces chansons par le biais de ces versions live. J'avais, quoi, 10 ans. Les tronches de Jagger et Watts, dans le livret dépliant de la K7, me foutaient un peu les jetons (grimaces pour l'un, air monolithique et froid pour l'autre), je trouvais que Richards ressemblait à Jack Lang (en même temps, quel bel homme !!), pardonnez-moi, j'avais 10 ans, j'étais naïf. Je ne savais pas que ce live était loin d'être le meilleur du groupe. En même temps, à l'époque, vous m'auriez filé Get Yer Ya-Ya's Out ! (1970, leur meilleur live), j'aurais été capable de ne pas aimer autant que Flashpoint. C'est même garanti sur facture et remboursable en cas de litige. Pendant des d'années, ce fut mon seul album des Rolling Stones (le premier disque studio que je me paierai, j'avais dans les 14 ans, ce fut Let It Bleed), je l'écoutais souvent, en boucle, au casque ou sur ma chaîne hi-fi, je kiffais ma race de salopard, sans me rendre compte que, OK, c'est peut-être pas aussi quintessentiel que ça (Highwire, un des morceaux studio inédits, est pas mal, mais pas si grandiose que ça, et je n'ai pas parlé de l'autre morceau studio inédit, Sex Drive, mais il ne vaut mieux pas que je dise ce que j'en pense), le groupe a été meilleur par le passé (il a été pire aussi, grâce à la came), il est en suspens car le bassiste Bill Wyman partira peu après l'enregistrement des deux titres studio inédits et ne reviendra pas... Mais, même en sachant que Flashpoint n'est pas immense, qu'il est même foutrement secondaire, je ne peux m'empêcher de l'adorer, voilà, c'est comme ça ! Madeleine de Proust, quoi !

(Intro) Continental Drift

Start Me Up

Sad Sad Sad

Miss You

Rock And A Hard Place

Ruby Tuesday

You Can't Always Get What You Want

Factory Girl

Can't Be Seen

Little Red Rooster

Paint It, Black

Sympathy For The Devil

Brown Sugar

Jumpin' Jack Flash

(I Can't Get No) Satisfaction

Highwire

Sex Drive

Vinyle : 

FACE A

(Intro) Continental Drift

Start Me Up

Sad Sad Sad

Miss You

 

Ruby Tuesday

You Can't Always Get What You Want

Factory Girl

 

Little Red Rooster

FACE B

Paint It, Black

Sympathy For The Devil

Brown Sugar

Jumpin' Jack Flash

(I Can't Get No) Satisfaction

Highwire

Sex Drive