MP1

Heu...ayant réécouté récemment cet album (pour la première fois depuis pas loin de 10 ans, hé oui), je me suis surpris à relire la chronique que j'en avait fait, ici, en 2010. Apparemment, ça faisait un bail que je n'avais pas écouté ce disque, et ça se ressentait (ne recherchez pas cette ancienne chronique, elle est remplacée par celle que vous lisez en ce moment, mais allez donc voir les commentaires en lien avec l'article, vous verrez que certains n'étaient pas d'accord avec moi) : j'étais vraiment du genre sauvons cet album, il est vraiment bien, c'est dommage que sa réputation soit aussi merdique, etc. Con que j'étais ! Cet album n'est pas bien, n'est pas à sauver, c'est au contraire une infâme merde musicale, je me demande encore comment j'ai pu écrire ça, il y à 8 ans, au sujet de cet Incognito sorti en 1985 et qui, à l'heure actuelle, est toujours l'avant-dernier album studio de Michel Polnareff (et son dernier, le pas loin d'être aussi raté Kâmâ-Sûtrâ, date de 1990). Il est grand temps de remettre les pendules à l'heure. Incognito ne vaut strictement rien et mérite bien son titre. C'est un album qui n'a cependant, il est vrai, pas eu de bol dans la vie : à cause d'une brouille entre la maison de disques (RCA) et la FNAC et d'autres distributeurs, ce disque sera la proie d'une vraie fatwa, un boycott qui entraînera forcément des ventes médiocres et une assez mauvaise publicité et promotion. Surtout que Polnareff, revenu en France pour faire ce disque mais reparti ensuite aux USA, n'a pas fait grand chose, au final, pour la promotion. 

MP2

Comme s'il sentait l'odeur de merde planer tout autour des 34 minutes (oui, le supplice est de courte durée) de cet album. Mais de toute façon, au risque de me fâcher avec des gens, j'ai envie de dire ce que je pense de la production discographique (pour les albums, j'entends) de Polnareff : c'est moi, où ce mec n'a jamais réussi (enfin, si, son premier album de 1966 et Polnareff's de 1971) ses albums ? Son premier opus est génial, rien à dire. Le deuxième (désormais appelé Le Bal Des Laze) offre quelques grandes chansons, mais aussi des trucs pas terribles, bref c'est inégal. Polnareff's est une sorte de Histoire De Melody Nelson polnareffien (pour les arrangements, pas pour le côté conceptuel), remarquable, malgré une face B moins percutante que la A. Puis, après, franchement... Polnarêve en 1974, Fame A La Mode (entièrement en anglais) en 1975, Coucou Me Revoilou en 1980, trois albums vraiment pas glop. L'album de 1974 à la rigueur offre de grandes chansons, mais sa production laisse à désirer, et même, il est inégal de toute façon. Bulles, en 1981, est inégal aussi, mais tout de même son meilleur en 10 ans. Puis arrive Incognito, qui ne vaut même pas qu'on lui pisse dessus pour l'éteindre. Et l'album suivant, en 1990, c'est à peine meilleur, et musicalement très daté. C'est un fait, la discographie du bonhomme me déçoit beaucoup, deux albums mis à part.

MP3

Se remerciant dans les crédits de pochette (si, si ! Je vous jure !), Polnareff n'a réussi, ici, qu'une seule chose : la pochette, justement, le montrant de dos, saluant une salle vide, lunettes noires dans une main, perruque de caniche frisé dans l'autre, corps penché en avant laissant cependant voir un crâne chauve. Il n'était pas chauve à l'époque (et ne l'a jamais été), c'est juste une figure de style graphique pour illustrer le titre de l'album. C'est vraiment la seule bonne chose ici, car musicalement...Oh, putain... Vous n'avez jamais entendu Bronzer Vert ? Viens Te Faire Chahuter ? Y'A Que Pas Pouvoir Qu'On Peut ? Ne changez rien. Ce disque heureusement court est une purge, une partouze de synthés puants, pouettpouettants, dzoïïïnguants et sentant bon (c'est à dire, mal) le milieu des années 80. Guitares assez hardos parfois, très grasses. Batteries sonnant comme des tambours de machine à laver le linge... Dire que c'est le mec qui nous a offert Lettre A France, Le Bal Des Laze et Sous Quelle Etoile Suis-Je Né ? qui a commis ce dégueulis infâme... Si c'est pour nous offrir un album de la trempe hideuse de cet Incognito, de Kâmâ-Sûtrâ ou de la chanson inédite qu'il a sorti il y à quelques années (et qui a bien fait rire tout le monde tant elle était pourrie), autant que Polnareff, qui bosserait justement sur un album depuis pas mal de temps, abandonne son projet, car c'est pas la peine. Je n'ai personnellement pas envie d'écouter un nouvel album de ce mec si c'est pour subir encore une fois ce genre de cauchemar musical. L'Amiral, si tu me lis...sors-toi les doigts pour de bon ou laisse définitivement tomber ! Déjà que son retour scénique en 2007 était moyen (et je ne parle même pas de son plus récent, avorté pour des problèmes de santé)...

FACE A

Bronzer Vert

Dans La Rue

Visage (Les Souvenirs De Demain)

La Belle Veut Sa Revanche (Encore Et Encore)

FACE B

Y A Que Pas Pouvoir Qu'on Peut

Graffiti

Viens Te Faire Chahuter

Sur Un Seul Mot De Toi