SD22

Après la publication de Aja en 1977, Steely Dan, déjà bien réputés, explose à la face du monde. L'année de sortie de l'album est certes celle du punk-rock (celle du Rumours de Fleetwood Mac aussi, sommet de pop), mais ça m'empêchera pas le groupe (les deux groupes, en citant aussi Fleetwood Mac) de cartonner, récoltant un Grammy Award (Steely Dan seulement) pour la peine. L'année suivante, 1978, est celle du Greatest Hits, qui est remarquable et assez généreux (double album). Puis...plus rien. Le groupe, qui n'en est plus un depuis 1975, Walter Becker et Donald Fagen ayant décidé en cette année-là de remplacer leurs musiciens de groupe par des musiciens de studio one-shot (qui reviendront d'albums en albums, souvent), le groupe donc va mettre un peu de temps avant de sortir son septième album studio. Il ne sortira en effet qu'en 1980, et il s'appelle Gaucho. Personne ne peut s'en douter, probablement mis à part Becker et Fagen, mais Gaucho sera pendant de nombreuses années le dernier opus du groupe. Steely Dan se sépare après le disque, Fagen se lance en solo, son premier album date de 1982 et est au moins aussi grandiose que ceux du Dan (période 1977/1980 pour le style). Le groupe ne reviendra qu'en 2000 et 2003 (avec deux albums) mais se reformera dès 1993 pour des concerts (ayant donné lieu à un live).

SD23

Gaucho, sorti en 1980, a été enregistré entre 1978 et 1980 et il offre 7 titres pour 38 minutes. Sa pochette représente un tableau d'un couple en train de danser. Cette illustration est issue d'une plaque murale située à Buenos Aires. L'album, produit comme les autres par Gary Katz, est encore une fois, pour Steely Dan, l'occasion de faire venir un sacré aréopage de musiciens de haute volée : Joe Sample, Larry Carlton, Hugh McCracken, Steve Gadd, Jeff Porcaro, Rick Marotta, David Sanborn, Rick Derringer, Bernard Purdie, Randy Brecker, Michael Brecker, Chuck Rainey, Steve Khan, Victor Feldman, Ralph MacDonald, Tom Scott, les choristes Michael McDonald, Patti Austin...et un certain Mark Knopfler, qui enchaînait les collaborations (Dylan en 1979 - et 1983 notamment) et qui, ici, apparait sur Time Out Of Mind, titre qui sera aussi, coïncidence, celui d'un album de Dylan, sur lequel Knopfler ne collaborera pas. Notons au passage que beaucoup des invités (Derringer, Porcaro, Carlton, Feldman...) ne jouent que sur un titre, parfois deux, rarement sur l'ensemble (c'est précisé sur la sous-pochette proposant les paroles). Knopfler n'aurait pas spécialement adoré la participation sur l'album du Dan, les trouvant un poil trop chiants, dans la catégorie perfectionnisme absolu. Bon, en même temps, c'est ce qu'ils sont : perfectionnistes absolus. Et chiants. Des tyrans de poche. Mais pour, au final, livrer des albums qui ne sont rien moins que la perfection audiophile en matière de pop jazzy. Gaucho est du même acabit que Aja, très jazzy, très léché, soigné.

SD24

Le seul truc un peu moyen, c'est que, niveau compositions, ce n'est peut-être pas aussi quintessentiel que sur le précédent opus. Gaucho offre du grand, très grand niveau parfois : Babylon Sisters, Hey Nineteen et Gaucho sont des morceaux légendaires, hors de ce monde. On ne s'en lasse pas. Glamour Profession est certainement d'un niveau inférieur, mais j'adore ce morceau un poil trop long (7,30 minutes, le plus étendu de l'album) mais qui fait bien remuer le popotin, c'est groovy à mort. De même, et dans un tout autre registre car le morceau est bien calme et sur un rythme plus mesuré, le final de l'album, Third World Man, est une splendeur totale et, j'en ai bien peu, trop méconnue. Time Out Of Mind, avec Knopfler, et My Rival, avec Derringer, sont deux morceaux plutpot moyens, il faut bien le dire, la sauce ne prend pas trop (elle ne prend pas totalement avec Glamour Profession, malgré que ce morceau soit très entraînant et que je l'adore), et ce, malgré la présence de ces deux guitar-heros, un par morceau (je ne vous ferai pas l'affront de vous demander si vous connaissez Knoplfer, mais pour Derringer, il a joué avec Edgar Winter, son frangin Johnny, mais aussi Todd Rundgren, Alice Cooper - solo de guitare sur Under My Wheels -, et a fait des albums solo, dont un au moins est exceptionnel, All American Boy, je dis ça, je dis rien, mais si vous aimez le glam-rock, foncez). Gaucho est un peu inégal, rien de grave car les morceaux les moins puissants sont, comme pour Aja, cohérents avec le reste de l'album et totalement appréciables. L'album sera un beau succès (le carton de Aja ayant entraîné des pré-ventes importantes), mais sera un peu critiqué et mésestimé, on le comparera avec le précédent, et jamais à son avantage. C'est quand même un excellent album de pop/jazz, à écouter absolument. 

FACE A

Babylon Sisters

Hey Nineteen

Glamour Profession

FACE B

Gaucho

Time Out Of Mind

My Rival

Third World Man