U32

Sincèrement, à la sortie de ce disque, je n'en menais pas large. Moi, le non-fan de U2 (à l'époque, en 2009, j'étais particulièrement anti-U2, même, les différents singles/hits des deux précédents opus du groupe, diffusés à l'extrême sur les radios, m'avaient filé une grave indigestion de U2, j'en pouvais plus, je n'écoutais même plus les grands albums de la première époque du groupe), je me suis retrouvé comme un con à acheter leur dernier opus, ce No Line On The Horizon à la pochette bien sobre (et, je trouve, belle ; au passage, les deux barres grises sont sur le boîtier, sur un sticker, et pas sur le livret), sur la foi d'une seule et unique chanson que j'ai immédiatement a-do-ré, mais alors bien comme il faut, je veux parler de Magnificent. Cette chanson rappelant les grandes heures de la big music chère aux U2 des années 80 (et aux Waterboys, Simple Minds...) m'a cueilli comme un saisonnier le fait d'une cerise sur un arbre. Pas avec la queue, je veux dire (bande de pervers), mais facilement. Il faut dire que le groupe, aidé en cela de leurs producteurs Eno et Lanois (qui, en plus, sur l'album, composent !), qui offrent la meilleure production d'un U2 depuis Achtung Baby (qu'ils avaient produit), a sorti les Grandes Eaux de Versailles pour le coup : ambiance orientalisante, guitare parfaite, chant habité, rythmique de feu, durée idéale de 5 minutes, et emplacement idéal (pas en ouverture, mais en seconde position ; on écoute un premier titre ma foi très réussi mais pas transcendant, et ensuite, le coup de grâce).

U33

No Line On The Horizon, tout du long de ses 50 et quelques minutes (et 11 titres), s'impose comme le meilleur album de U2 depuis Zooropa en 1993. Il est en fait probablement meilleur encore, mais comme pour l'album de 1993, il faut quelques écoutes patientes pour s'en rendre compte. C'est aussi le disque le plus aérien, ambient, de U2 depuis The Unforgettable Fire (1984), qui fut la première production Eno/Lanois du groupe. C'est aussi le premier album totalement écoutable de U2 depuis 2000. Ca fait beaucoup de c'est le premier album de U2 depuis..., mais c'est pourtant le cas et pas des exercices de style de ma part (je laisse ça à Queneau - qui n'a pas pas compris cette allusion ?). L'album est sorti parallèlement à un gros clip, disponible en DVD sur l'édition collector (et sur le Net, évidemment), intitulé Linear, réalisé par Anton Corbijn (qui a aussi signé les photos du livret) et interprété par Saïd Taghmaoui, un film illustrant les chansons de l'album. Je n'ai vu ce film qu'une seule fois, à une époque de ma vie où je n'étais pas du tout fan de U2, donc je n'avais pas particulièrement apprécié (au passage, l'ancienne chronique de cet album était classée dans les ratages, ce n'est plus le cas), mais je le reverrai un jour. C'est une manière différente d'écouter l'album (lequel n'est pas conceptuel malgré tout). 

U34

L'album m'avait fortement frustré, déçu (Magnificent et Unknown Caller exceptés) à l'époque, j'en avais regretté l'achat et j'étais content de ne pas avoir pris la collector avec le DVD (c'est tout le contraire, désormais, comme quoi...). Bien que contenant quand même deux chansons assez insipides (Get On Your Boots, I'll Go Crazy If I Don't Go Crazy Tonight, laquelle est coproduite par Wil.I.am des Black Eyed Peas, qui y joue des claviers), l'album est musicalement bien plus satisfaisant que les trois précédents opus, il est aussi plus satisfaisant que les deux suivants, et surtout le dernier en date, ce Songs Of Experience que, décidément, sans le détester, je n'arrive pas à trouver réussi (disons plutôt assez inégal). Moment Of Surrender, Breathe, Unknown Caller, Cedars Of Lebanon (qui contient un sample d'un morceau d'Eno et Harold Budd, Against The Sky), Magnificent et le morceau-titre, soit plus de la moitié de l'album, sont des chansons vraiment belles (voire géniales pour Magnificent), la production est sublime (Steve Lillywhite coproduit un peu), le groupe est en forme... Ce qui ne l'empêchera pas de traîner pendant des années avant de sortir, enfin, en 2014, Songs Of Innocence, album né des cendres d'un album mort-né qui aurait du s'appeler Songs Of Ascent, et dont la gestation difficile a bien failli entraîner la fin du groupe. La suite demain...

 

No Line On The Horizon

Magnificent

Moment Of Surrender

Unknown Caller

I'll Go Crazy If I Don't Go Crazy Tonight

Get On Your Boots

Stand Up Comedy

Fez - Being Born

White As Snow

Breathe

Cedars Of Lebanon