F7

Après leur deuxième album (Double Vision, 1978), un deuxième album assez sympathique et très correct, mais pas aussi grandiose que le premier album pour moi (c'est con, quand les singles promotionnels sont les morceaux les moins bluffants d'un album, non ?), le groupe anglo-américain Foreigner va connaître son premier bouleversement : Ed Gagliardi, leur bassiste, s'en va. Apparemment, selon le chanteur (Lou Gramm), Gagliardi a été viré parce qu'il n'arrêtait pas d'essayer d'imposer ses façons de voir, de jouer tel ou tel morceau, au détriment de comment le morceau était composé, et que ça devenait usant et ralentissait les sessions d'enregistrement de sans cesse le rappeler à l'ordre. Gagliardi est remplacé par Rick Wills, un Britannique (faisant passer le nombre d'Anglais de 3 à 4 dans le groupe, qui est alors constitué de 6 membres), qui joua rapidement au sein de Roxy Music en live, mais ausi avec Peter Frampton, David Gilmour, les Small Faces à l'occasion d'une reformation en 1977/78, et par la suite, Bad Company. Wills restera au sein de Foreigner jusqu'au milieu des années 90. Le groupe entre en studio, en juin 1979, et jusqu'au mois de juillet, enregistre, en deux endroits différents (Atlantic Studios de New York, Cherokee Studios à Los Angeles), leur troisième album, qui sortira en septembre 1979 sous une pochette assez amusante et machiste : une jeune femme, court-vêtue, en train d'essayer d'essuyer, avec du papier hygiénique, des graffitis sur la cloison de chiottes pour hommes, elle a le postérieur dans une pissotière, elle n'a pas l'air de bonne humeur, comme contrariée, ou gênée d'être observée. On peut distinguer les titres de plusieurs  des chansons de l'album sur la cloison, en tout cas pour le vinyle, vu la taille de la pochette (en CD, faut avoir de bons yeux).

F8

Rick Wills est le deuxième en partant de la gauche, celui qui est le moins visible

L'album s'appelle Head Games ("Jeux de tête", sans aucun doute une allusion assez salace que je n'ai peut-être pas besoin de préciser, je m'arrête donc là) et dure 38 minutes, pour 10 titres, ce qui s'appelle du bon formatage : les deux précédents opus duraient grosso merdo la même chose, pour le même nombre de morceaux. Produit (c'est la seule fois pour le groupe) par Roy Thomas Baker (Queen, The Cars...), mais aussi par Mick Jones (guitare, leadership) et Ian MacDonald (guitare, saxophone, claviers) comme d'ordinaire, c'est un disque qui contrariera quelque peu Lou Gramm, qui trouvera le résultat peu convaincant, comme inachevé. Je ne suis pas de cet avis : pour moi, ce troisième album est nettement plus abouti, réussi que Double Vision. On a affaire ici à du hard-FM (on n'appelait pas ça comme ça à l'époque, on disait que c'était du rock, voire du hard rock, tout simplement) de très bonne qualité, bien produit (mais comme je l'ai dit, le groupe ne recollaborera plus avec ce producteur), et on y trouve d'excellentes chansons. Comme le morceau-titre, un des cinq singles tirés de l'album, on morceau efficace, au refrain simplissime et direct. Ou comme les quatre premières chansons, toutes sorties en singles (la deuxième citée uniquement aux Pays-Bas, ceci dit) : Dirty White Boy, qui reste la plus connue de l'album ; Love On The Telephone, que j'adore ; et le salace, machiste Women. Le dernier single, c'est I'll Get Even With You, très bonne. Cette dernière chanson n'est sortie en single qu'en Angleterre, je crois. 

F9

Elliott, MacDonald, Greenwood, Gramm, Jones, Wills

L'album aligne, sinon, de très bonnes chansons, l'une d'elle, The Modern Day, est interprétée par Mick Jones, qui chantait alors un titre par album (deux sur le précédent). Mais il ne chantera aucun titre sur le suivant, sur les suivants, en fait. Seventeen est nerveuse et efficace, de même que Rev On The Red Line. On peut juste citer Blinded By Science comme étant, de loin, le morceau le moins réussi de ce Head Games bien charpenté. Au final, ce troisième cru de Foreigner, qui se vendra encore plus que les autres (il sera disque de platine), va achever d'imposer le groupe de Jones et Gramm parmi les meilleurs vendeurs de l'époque. Cependant, comme s'il sentait que le groupe, tel qu'il était (constitué de 6 membres), était fragile, Mick Jones va virer deux des membres du groupe, le claviériste Al Greenwood et le claviériste, guitariste, saxophoniste et coproducteur Ian MacDonald. Il voudra plus de contrôle du groupe et du processus créatif. Le groupe, de 6 membres, passe donc à 4, car aucun musicien ne sera recruté pour les remplacer. C'est donc un Foreigner bien raccourci qui va poursuivre sa carrière, et pour en savoir plus sur l'album suivant, prière d'attendre une paire de jours, le temps que je le réaborde, ce quatrième album, fait par un groupe constitué de quatre membres, quatrième album portant le titre de...mais non, je ne vais pas le dire ici, attendez donc que je le réaborde. Mais trouver le titre ne sera pas difficile, c'est en effet aussi simple que peu subtil !

FACE A

Dirty White Boy

Love On The Telephone

Women

I'll Get Even With You

Seventeen

FACE B

Head Games

The Modern Day

Blinded By Science

Do What You Like

Rev On The Red Line