PS10

Some strange music draws me in/Makes me come on like some heroine. - Dancing Barefoot.

Si on regarde attentivement la discographie de Patti Smith, de ses débuts à ce qui, pour le moment, est son dernier album (Banga, 2012), on se rend compte (et j'ai bien conscience de spoiler la suite de ce cycle, qui en fait a à peine démarré, en disant ça, mais c'est pas grave) que le seul album d'elle qui soit à peu près du genre moyen est celui qu'elle a sorti en 1979. Bref, cet album-ci, Wave. Notons qu'en guise d'ouverture de chronique, c'est assez bizarre de dire, d'entrée de jeu, ce que je pense de l'album. Il faut dire que Wave, quatrième album de Patti, a de quoi se faire du mouron : il fait suite à une trilogie d'albums absolument titanesques, et rien que le précédent direct, Easter (1978), est un monstre sacré, un chef d'oeuvre de rock 70's, un album rempli de classiques absolus, parfait de bout en bout. En fait, les trois premiers albums sont parfaits de bout en bout, tout au plus Radio Ethiopia, le deuxième, est un peu complexe, et offre un long, très long morceau-titre très chaotique qui ne plaira pas à tout le monde. Qui ne plaît pas à tout le monde ! Easter a été un triomphe. Inutile de dire qu'à la suite de ce que l'on appelle, dans la langue de Shakespeare, un commercial breakthrough, les gens, la presse, tout le monde attendait l'album suivant avec impatience. Cet album, Patti va le sortir en mai 1979, sous une belle pochette la représentant en robe blanche, dans un décor feuillu (mais la photo est en noir & blanc aux teintes claires), une colombe en main, on dirait une divinité grecque.  

PS11

Verso de pochette. Autour d'elle, de gauche à droite, Kaye, Kràl, Sohl, Daugherty 

A l'époque, Patti a trouvé l'amour de sa vie en la personne de Frederick 'Sonic' Smith, un des deux guitaristes du cultissime groupe MC5 (groupe qui n'existe plus depuis belle lurette à l'époque). Les deux vont se marier en 1980, auront deux enfants. Le mariage va durer, solide, rempli d'amour, jusqu'en 1994, année de la mort de Fred Smith, d'une attaque cardiaque. Patti ne s'est pas remariée depuis, reste veuve fidèle au souvenir de son mari. Un mariage solide qui, cependant, à l'époque, a donné lieu à une blagounette pas méchante : elle se serait mariée avec Fred Smith comme ça, elle conserve son nom de jeune fille...C'est vrai que de ce point de vue-là, les formalités administratives ont été réduites au strict minimum ! Mais en 1979, au moment de la sortie de Wave, elle n'est pas encore mariée. Elle rend cependant déjà un vibrant hommage à celui qui va bientôt l'épouser via le morceau d'ouverture, Frederick le bien-nommé, pure merveille (un piano inoubliable) qui témoigne vraiment de l'amour qu'elle a pour lui. Production superbe, il faut dire que ce n'est pas n'importe qui qui a produit l'album, mais Todd Rundgren, le légendaire touche-à-tout (chnteur, musicien, producteur). Orné d'une citation de Jean Genet, l'album, il paraît, n'a pas été super facile à faire, l'entente entre Patti et Rundgren n'aurait pas été au beau fixe. Mais on ne s'en rend pas compte en écoutant cet album, le plus court de sa discographie (37 minutes), certes le moins époustouflant, mais tout de même, il faut le dire, très réussi, et offrant une des plus géniales, des plus connues, des plus mythiques (reprise plein de fois, par U2, Simple Minds, j'en passe) chansons de Patti Smith : Dancing Barefoot, ode à la maîtresse de Modigliani, Jeanne Hébuterne, dont le destin est tragiquement lié à celui de l'artiste (apprenant sa mort, elle se suicide, alors qu'elle était enceinte de lui). 

 

PS12

 

Ces deux chansons, Frederick et Dancing Barefoot, qui ouvrent le disque, en sont les sommets, ce qui est un peu con pour le reste de l'album, mais comme je l'ai dit, tout en étant le moins grandiose de sa discographie, Wave est tout de même réussi. Il se poursuit avec une reprise assez sauvage et réussie du So You Want To Be (A Rock'n'Roll Star) des Byrds, réjouissante comme il faut, et offre aussi l'efficace Revenge, Citizen Ship et le touchant et réussi Broken Flag. Sans oublier le morceau-titre, dédié au court pontificat de Jean-Paul 1er. Mais il est vrai que Wave, malgré la réussite de ces chansons, et malgré la majesté de son trio d'ouverture, est un album inférieur, en terme d'impact (commercialement, aussi, il se vendra moins bien qu'Easter et sera moins bien reçu par la presse), aux précédents, on sent une petite fatigue ici, une stase... Comme si c'était prévu d'avance, Patti ne refera pas d'album avant une très longue période : entre cet album-ci et le suivant, il s'écoulera en effet 9 ans, 9 années pendant lesquelles elle vivra paisiblement avec son Fred de mari, leurs enfants (nés en 1982 pour Jackson, et en 1987 pour Jesse, une fille), mais en restant assez en retrait de l'industrie musicale. Mais quand elle reviendra, ça sera pour ne plus partir, même s'il y aura plus de temps entre chaque album, et que les aléas de la vie (j'y reviendrai) feront de certains disques de vraies élégies qu'elle n'auraient sans doute jamais imaginé enregistrer... La suite demain, car si elle a mis 9 ans entre Wave et le suivant, je ne mettrai pas autant de temps avant de passer à la suite de sa carrière !

FACE A

Frederick

Dancing Barefoot

So You Want To Be (A Rock'n'Roll Star)

Hymn

Revenge

FACE B

Citizen Ship

Seven Ways Of Going

Broken Flag

Wave