CG1

Vous avez remarqué ? On est en novembre.

Si, je vous jure, et même depuis quelques jours, en fait. Et on risque de s'en taper jusqu'à la fin du mois, du novembre, si c'est comme les années précédentes. Ouais, je sais, c'est pas follement drôle, mais il me fallait bien un truc un petit peu léger, parce que l'album qui nous intéresse aujourd'hui, c'est pas la fête du slip. C'est clairement le genre d'album qui renvoie les autres albums de cold-wave cueillir des pâquerettes sur les bas-côtés de l'échangeur autoroutier le plus proche un jour de chassé-croisé (Closer de Joy Division et Pornography des Cure exceptés, ceux-là sont, dans leur genre, hors-compétition). C'est le troisième album de Certain General, un groupe américain (malgré leur nom assez francophone, mais bon, je pense que ça se prononce Ceurtaine Djain'rol, à mon avis) fondé en 1980 à Nouille Orque, existant toujours, le dernier album studio en date remonte à 10 ans, ceci dit. Certain General est un groupe que l'on peut qualifier de culte, en tout cas cet album, c'est clairement le cas. Il est sorti en 1984 sur un label français au nom savoureux, IAS, pour l'Invitation Au Suicide, et à sa sortie, il sera accueilli par des avis extrêmement positifs de la majeure partie de la presse rock.

Mais ne sortira dans son propre pays qu'en...2000 ! 

CG2

En France, le journal Libération se sortira direct les doigts du derche avec un bon gros PLOP bien humide et la une d'une de leurs éditions, titrant "Certain General : Nous voilà", photo en prime, pour aborder l'arrivée du groupe en France pour des concerts, en 1985, afin de promouvoir leur album, qui s'appelle November's Heat. Vous comprenez mieux le délire du début d'article, hein ? La chaleur de novembre... C'est vrai que ce 11ème mois est bien connu pour ses chaleurs, surtout dans l'hémisphère nord, rien que pour aller chercher le courrier devant chez moi, je suis obligé de m'habiller comme pour grimper l'Everest en janvier, parfois. Et le fait d'écouter cet album peut aussi vous faire attraper froid. Rien que la pochette donne le ton, en fait, recto comme verso, mais entre les guitares lancinantes et/ou agressives (qui sonnent un peu comme du Birthday Party en mieux léché, ou du Nick Cave & Bad Seeds de la même époque), la basse omniprésente et pesante, le chant désincarné et les paroles que-je-ne-veux-même-pas-essayer-de-deviner-de-quoi-ça-peut-bien-parler-parce-que-je-me-doute-bien-que-ce-n'est-pas-de-l'augmentation-des-taxes-et-de-la-lune-au-mois-de-juin-que-ça-parle, il y à de quoi, si on écoute un peu trop souvent ce disque et si on est un peu trop réceptif, se foutre en l'air de la manière la plus salissante, lente et douloureuse possible, probablement après avoir embrassé une brève mais fulgurante et prometteuse carrière de mass-murderer

Ou bien pleurer très fort dans son coin.

CG3

November's Heat a certes été super bien accueilli un peu partout (dans leur propre pays, pas trop), l'album n'a pas été une grosse vente. Entre Born In The U.S.A. et Purple Rain, sans oublier Tonight (car pour nul qu'il est, ce disque, en 1984, s'est bien vendu, même si je n'aurais pas aimé être vu par un proche dans une queue devant une caisse de la FNAC ou autre, avec un exemplaire de ce disque à la main, mais comme j'avais 2 ans en 1984, c'est pas à moi que ça risquais d'arriver, pareille mésaventure. Je sais j'ai bien de la chance), il y avait des concurrents sérieux. Mais musicalement, on a affaire à du lourd, un des meilleurs albums de cold-wave, meilleur que n'importe quel album de The Cure, Faith et Pornography mis à part. Sérieusement, écoutez Maximum G, le très rock sépulcral Service (cette guitare), les envolées glauquissimes de The Shang, My Gang In The Woods ou Voodoo Taxi, sans oublier Dachau Now, Rasputin (que l'on évitera d'écouter en pensant à Boney M ; cette pensée, de toute façon, s'envolera très vite de votre cerveau, en écoutant ce morceau), Only A Dream...Les 11 titres de cet album aussi puissant que sombre et dépressif sont tous remarquables, la production est efficace et bien dans le ton.

Le groupe est tellement culte que sa page Wikipedia (anglophone) est très fournie, mais aucun de leurs albums, pas même celui-là, n'a droit à sa page Wikipedia (même anglophone), ce qui est peu logique. Si vous suivez ce blog depuis sa création, vous vous souvenez peut-être que j'en avais parlé en 2010, de ce disque. Si vous feuilletez souvent des magazines rock, peut-être qu'un jour ou l'autre, dans un classement du genre 'meilleurs albums des années 80', 'meilleurs albums de post-punk', 'meilleurs albums sortis un 3 avril' (j'invente cette date, au passage ; rien, sur le Net, n'indique le jour précis de la sortie de ce disque), alors vous avez peut-être déjà croisé sa route. Quoi qu'il en soit, si vous ne connaissez pas encore, et que ce genre de musique vous branche, foncez !

FACE A

Maximum G

Service

Dachau Now

Pilgrim

My Gang In The Woods

Only A Dream

FACE B

Voodoo Taxi

Sympathy

Rasputin

Jack In The Heart

The Shang