supertramp_breakfast_in_america_album_cover

Sorti en 1979, Breakfast In America est le sixième album studio de Supertramp, et leur plus connu. C'est aussi leur plus gros succès, et accessoirement, mon grand préféré d'eux, celui qui m'a fait découvrir le groupe et que j'écoute le plus souvent. Avec Crime Of The Century, c'est le plus culte et magistral, pas étonnant que la pochette du best-of soit un mix des pochettes de ces deux albums (la grille du premier, le plateau de l'autre) ! L'album offre un lot ahurissant de tubes mondiaux, pas moins de quatre (pour 10 chansons, pour 46 minutes) : The Logical Song, Goodbye Stranger, Breakfast In America et Take The Long Way Home. Ce qui est fantastique, avec cet album, c'est que l'ensemble de ses 10 chansons est purement et simplement digne de figurer parmi les sommets du groupe de Davies et Hogdson (bon, OK, Just Another Nervous Wreck (signé Davies) est bien, mais pas grandiose, de ce fait c'est le titre le moins exceptionnel de l'album).

breakfast_in_america_back_cover

On commence par les tubes, et là, que dire ? Tout le monde les connaît, ces chansons. Qu'on aime ou pas Supertramp, on a déjà entendu ces quatre tubes au moins 10 fois chacun dans notre vie tant leur succès fut monstrueux, tant ils passent souvent à la radio (si The Logical Song, Breakfast In America ou Goodbye Stranger ne passent pas au moins une fois par jour sur une station de radio en France, c'est qu'il y à un problème, car ce sont vraiment ce qu'on peut appeler des standards). Breakfast In America, chanson courte démarrant par une ligne de piano entêtante, est interprétée, comme Take The Long Way Home (harmonica splendide en intro) et The Logical Song (chanson s'achevant par un solo de saxophone terrible) par Hogdson et sa voix aigue. Don't you look at my girlfriend/She's the only one I got/Not much of a girlfriend/Never get to take a lot/Take a Jumbo, cross the water/Like to see America... The Logical Song est plus sombre, existentialiste. Goodbye Stranger, seul des 4 tubes à être chanté par Davies (Hogdson dans les refrains), est une petite merveille douceâtre.

Supertramp_Breakfast_in_America

Le reste de l'album est du même niveau, et même supérieur en ce qui concerne deux chansons : Gone Hollywood (morceau d'ouverture, intro légendaire, ce riff qui déboule de nulle part après un drive de piano entêtant...) et Child Of Vision, 7 minutes achevant l'album en fanfare (final instrumental d'enfer : solo de piano, puis le saxo de Helliwell qui débarque de l'infini, se posant à merveille sur l'ensemble, et achevant l'album de la même manière que ne le faisait  le morceau-titre de Crime Of The Century ; pour ma part, grand frisson de plaisir à chaque écoute, mon morceau préféré du groupe). Oh Darling de Davies est pop et frais, Lord Is It Mine (de Hogdson) est plus lyrique et très sympa, de même que le très court Casual Conversations de Davies. L'album, du long de ses 46 minutes, est un sommet mélodique et pop, succès amplement mérité, et selon moi, ultime sommet d'un groupe qui, après (et même avec cet album, en fait), plonge dans le commercial FM. Après cet album, un double live très réussi (Paris) mais ayant ses limites. Puis le déluge FM à grand coups de cet insupportable scie radiomicale It's Raining Again, puis départ de Hogdson, et Supertramp cesse d'être intéressant, d'un coup...

FACE A

Gone Hollywood

The Logical Song

Goodbye Stranger

Breakfast In America

Oh Darling

FACE B

Take The Long Way Home

Lord Is It Mine

Just Another Nervous Wreck

Casual Conversations

Child Of Vision