Daniel_Palomo_Vinuesa_L_Homme_approximatif

Etant moi-même très friand de ce genre de musique, je ne pouvais passer à côté de ce monument. J'ai voué un culte à cet album, à son côté jazz très prononcé et à ses sonorités. Car, il faut bien le dire, cet album représente la mouvance musique contemporaine aux côtés de génies comme Philip Glass et son Orion dantesque, de Pierre Henry et de toute son oeuvre, de Steve Hackett et du sublime Metamorpheus ou de Naked City. Certes, niveau qualité, cet Homme approximatif est moins bon que la musique de ces ténors contemporains que j'ai cité précédemment, de peu, mais moins bon quand même. Mais c'est par là que j'ai commencé et c'est pour ça qu'il tient une place toute particulière dans mon coeur au même titre que Art Zoyd. La musique de Daniel Palomo Vinuesa est un brin élitiste mais il ne faut pas se décourager : les premières écoutes peuvent être laborieuses. Cela n'a pas été mon cas, je tiens à le préciser, pour, justement, bien vous faire comprendre qu'il est possible d'aimer cette musique du premier coup. Je disais donc : si les premières écoutent peuvent être laborieuses, il ne faut pas se décourager tant la qualité est au rendez-vous, un pur trip sonore et visuelle pour quiconque s'y attardera. Le temps ne s'arrête jamais et Vinuesa et son collectif prennent plaisir à nous baliser de fausses directions temporelles avec son avant et son après.

L'homme approximatif représente, sous son titre hasardeux, l'apothéose d'un genre purement et simplement mathématique, une musique neuronale mais pas indigeste et parfaitement audible à qui veut s'y aventurer.

Tout y est millimetré et prévu de la première seconde à la dernière. A la fin de l'écoute vous serez quoi qu'il arrive scotché à votre siège, si vous n'avez pas aimé, vous ne l'écouterez plus mais vous vous en souviendrez, car L'homme approximatif fait partie de cette race d'album qui laisse une trace indélébile au plus profond de votre cerveau (on ne peut décemment pas parler d'âme ici, tant cette musique sonne cérébral).De la même manière qu'un waiting for the sun par exemple.

A l'inverse, si vous avez aimé, vous serez surpris et vous en demanderez encore et encore. Toute la force de cet album réside ici : aucune lassitude à aucun moment tant on redécouvre son essence à chaque écoute !

Vinuesa joue avec tous les moments du quotidien, faisant de chaque moment simple de la vie, une scène tragi-comique... Il est intéressant de noter à quel point des choses aussi simples on put devenir ça...  Ce qui frappe l'auditeur est aussi la richesse des instrumentations des morceaux. Piano, guitare acoustique (et aussi électrique), djembé, bloc chinois, saxophone soprano (alto, baryton), tin whistle, accordéon, shaker, contrebasse, udu, flûte.... Cette richesse instrumentale donne une densité hors du commun à ce disque. Les sonorités sont diverses et variées et marquent l'auditeur jusqu'à la racine.

Irremplaçable, irrésistible (si vous aimez le genre), hallucinogène, mathématique, scientifique, cérébral et neuronal.

Avant

Tesla

Darwin

Galileo Galilei

Bee mo

Lent

L'homme médecine

Docteur Wade

Global#1

Global#2

Global#3

Global#4

Pythagore

Poincaré

Après