DeepPurple_Burn

Sorti en 1974 (et enregistré à Montreux en 1973), Burn est le huitième album du groupe de hard-rock anglais Deep Purple, et surtout le premier album de leur période MkIII (avec David Coverdale au chant et Glenn Hughes à la basse et choeurs). A ce moment, le groupe est constitué du guitariste Ritchie Blackmore, du chanteur David Coverdale, du claviériste Jon Lord, du bassiste Glenn Hughes et du batteur Ian Paice. Burn, gros succès, est un des meilleurs albums du Purple. Sa pochette cultissime représente les cinq musikos en forme de bougies (qui fondent au dos, ah ah ah). Burn, c'est, en 41 minutes (pour 8 titres) de pur hard-rock comme Deep Purple savait alors le faire.

deep_purple_250l

L'album offre pas moins de 3 immenses classiques du groupe (qui se trouveront tous 3 sur le live Made In Europe de 1976, et sur pas mal d'autres lives) : You Fool No One, Mistreated (que Coverdale, avec son groupe Whitesnake, chantera souvent) et surtout Burn, déflagration inaugurale qui, littéralement, allume l'auditeur, y met le feu, et un feu difficile à éteindre et à maîtriser. Limiter Burn à ces trois classiques serait, cependant, faire une erreur : le long Sail Away et Might Just Take Your Life (ce riff !!) sont également purement géniaux. En fait, le seul titre qui ne me plaît que moyennement est le dernier, l'instrumental "A"200, qui finit bien, mais commence assez mal (bidouillages électroniques de Jon Lord - dans un sens, il fera mieux, dans ce registre, avec This Time Around en 1975, sur Come Taste The Band). Mais la suite de cet instrumental assez court (juste 4 minutes, en fait un petit peu moins) est meilleure. Lay Down, Stay Down assure, tout comme What's Goin' On Here, mais ces deux chansons, à côté de Might Just Take Your Life ou You Fool No One, restent moins grandioses.

Burn s'impose comme un des classiques du groupe, lequel est un des meilleurs représentants du hard-rock. Par conséquent, l'équation est on ne peut plus simple : Burn est un des sommets du hard-rock pur et dur, sans fioritures. La même année, le Purple sortira Stormbringer, qui sera le dernier album (studio) avec Blackmore, qui partira fonder son Rainbow. Stormbringer sera décevant, il faudra attendre 1975 et Come Taste The Band (avec Tommy Bolin à la guitare, pour la quatrième époque du groupe, la MkIV) pour un grand disque du groupe (et le dernier pour une dizaine d'années, aussi). Mais Burn sera le dernier album du groupe à avoir, vraiment, du succès commercial.   

FACE A

Burn

Might Just Take Your Life

Lay Down, Stay Down

Sail Away

FACE B

You Fool No One

What's Goin' On Here

Mistreated

"A" 200