lata

Tout simplement mythique ! Enregistré le 24 octobre 1962 (sorti en 1963) à l'Apollo Theater de New York (quartier noir de Harlem), Live At The Apollo 1962 est un disque mythique, culte, essentiel. En 30 courtes minutes, James Brown s'y montre au sommet de sa gloire (et à une période où il n'était pas encore un monstre sacré, mais juste un grand chanteur reconnu par ses pairs). Brown a été obligé de sortir l'argent de sa propre poche pour faire ce concert, mais l'album sera un tel succès que Brown sera rapidement récompensé de ce sacrifice financier qui aurait pu facilement lui coûter sa carrière en cas de bide. Enregistré live avec son groupe vocal (les Famous Flames, non crédités sur la pochette vinyle : Bobby Byrd, Bobby Bennett, Lloyd Stallworth), ce live est court, mais sensationnel. C'est le premier d'une série d'albums live que Jaaaaaaaames fera dans cette mythique salle qui, le jour de sa mort, lui rendra un vibrant hommage (le corps de James Brown y sera temporairement exposé).

JB

La face A est composée d'une fuckitude de morceaux courts (Think, Try Me, I'll Go Crazy) entrecoupés de très très courts (10 secondes chacun...) ponts instrumentaux servant de liens. Lost Someone, presque 11 minutes en tout, était à la base scindé en deux parties (la seconde partie ouvrait la face B), mais tout à été remis sur une seule plage audio en CD (pendant des années, il n'y aura pas d'édition CD de ce live, les copies ayant été abimées et/ou égarées). Un Medley de 6 minutes proposant un lot ahurissant de titres (on imagine la rapidité de l'ensemble et un Night Train final et thermonucléaire se trouvaient aussi sur la face B.

untitled

L'ensemble du Live At The Apollo 1962 sonne comme une claque dans la gueule. James Brown y est survolté, en forme totale, les grands moments (Try Me, Lost Someone, Night Train, Think) se succèdent, et si l'ensemble est quand même beaucoup trop court, on ne s'ennuie pas un seul instant. Une performance inoubliable, qu'on imagine avoir été plus longue sur scène que dans ce succédané en album. Dommage qu'une version plus longue (malgré un ou deux bonus tracks sur certaines éditions CD) n'existe pas... Mais on se console, un Live At The Apollo, Volume II, datant de 1967, et double, existe ! 

FACE A

Introduction by Fats Gonder/Opening Fanfare

I'll Go Crazy

Try Me

(Instrumental Bridge N°1)

Think

(Instrumental Bridge N°2)

I Don't Mind

(Instrumental Bridge N°3)

Lost Someone (Part 1)

FACE B

Lost Someone (Part 2)

Medley (: Please, Please, Please/You've Got The Power/I Found Someone/Why Do You Do Me Like You Do/I Want You So Bad/I Love You, Yes I Do/Strange Things Happen/Bewildered/Please, Please, Please)

Night Train/Closing