PA1

Les Kinks, groupe culte de la scène rock anglaise des 60's, ont sorti bon nombre de classiques dans les années 60 : ...Are The Village Green Preservation Society, Face To Face, Something Else, Arthur Or The Decline And Fall Of The British Empire... Dès les années 70, le groupe de Ray Davies (chant et guitare), cependant, a plongé. En 1968, leur The Kinks Are The Village Green Preservation Society (leur sommet), sorte d'album conceptuel sur les traditons ancestrales britanniques (les Kinks ont toujours adoré ce sujet), fait un bide, mais sera quand même réhabilité. 5 ans plus tard, alors que le groupe semble avoir pris le chemin des albums-concepts (Arthur... en est un, Lola... aussi), Ray Davies imagine, seul, une sorte de suite, ou plutôt, de version étendue du concept du ...Village Green..., et compose l'album Preservation. Très vite, il le renommera Preservation, Act 1, ce qui signifie naturellement que Davies compte bien en sortir un Act 2 par la suite (ça sera le cas en 1974).

K

Preservation, Act 1 est un album concept dans tout ce que ça implique : les chansons, à écouter dans l'ordre de l'album exclusivement, racontent une histoire, et divers personnages apparaissent et chantent, jouent des rôles dans les chansons. Dans le livret, il est clairement indiqué que telle chanson est interprétée par tel personnage (le vicaire, un clochard, Johnny Thunder, un businessman, etc). Totalement mégalomaniaque, Preservation, Act 1 possède une pochette très étrange, un immense portrait de Ray Davies, dessiné sur fond jaune, avec le groupe devant. La pochette de l'Act 2 sera encore pire (l'Act 2, de toute façon, sera pire que cet album...), car le portrait de Davies sera photographique, et au revoir les musiciens sur la pochette recto.

untitled

Pompeux, lourd, longuet, Preservation, Act 1 est un disque prétentieux et surchargé. Ray Davies chante bien (Sweet Lady Genevieve et Sitting In The Midday Sun sont deux immenses chansons, je le reconnais), maisl 'album pêche par excès de tout. Les musiciens (Dave Davies et Mick Avery restent de la formation classique du groupe, et on y trouve aussi John Dalton à la basse, John Gosling aux claviers, et de nombreux cuivres) ne sont pas mauvais, mais l'avalanche de cuivres est soûlante, et très vite, l'aspect conceptuel poussé à outrance prend le pas sur la musique. L'histoire est chiante, nulle, les chansons sont pour la plupart très mauvaises, comme Cricket ou Where Are They Now ?, et l'album ne décollera pas, malgré la sortie d'un single, Preservation, absent de l'album (mais présent sur la réédition CD, et curieusement placé avant les chansons de l'album). Un an plus tard, Ray Davies et ses Kinks sortiront le second volet, qui sera encore pire.   

FACE A

Morning Song

Daylight

Sweet Lady Genevieve

There's A Change In The Weather

Where Are They Now ?

One Of The Survivors

FACE B

Cricket

Money & Corruption/I Am Your Man

Here Comes Flash

Sitting In The Midday Sun

Demolition