doolittle_by_pixies_i47h1bxwskmx_full

Second album grand format des Pixies (car le groupe a aussi sorti, avant cela, un mini-album, Come On, Pilgrim, depuis placé en bonus sur le premier album Surfer Rosa), Doolittle date de 1989 et est leur sommet absolu et inégalable. Produit par Gil Norton, ce disque court (38 minutes pour 15 chansons) est difficile à décrire, et représente donc parfaitement le son Pixies. Le groupe est constitué du chanteur/guitariste/compositeur Frank Black, de la bassiste et chanteuse Kim Deal, du guitariste Joey Santiago et du batteur (et chanteur sur un titre) Dave Lovering.  La pochette est designée par Vaughan Oliver, photographies de Simon Larbalestier. Le tout donne une ambiance assez spéciale au disque, assez décalée.

Pixies_B4

Les Pixies ne sont pas vraiment un groupe à tubes. Des  tubes, le groupe n'en a fait, finalement, qu'un seul, Where Is My Mind ? qui est présent sur Surfer Rosa, le précédent album. Et encore, ce n'est pas vraiment un tube (dans ce cas, Velouria, qui sera sur Bossanova - album suivant - et ici Here Comes Your Man et Monkey Gone To Heaven, en sont aussi), juste une chanson devenue culte et bien réputée. Mais commercialement parlant, les Pixies n'ont jamais été des titans. Ils sont devenus cultes (sauf aux USA, car le groupe n'a jamais réussi à vraiment percer dans leur propre nation), surtout en France et en Angleterre, mais leur carrière, assez courte, a été discrète malgré tout. Doolittle est vraiment le sommet, 15 titres pour la plupart immenses. Debaser (avec sa référence à Un Chien Andalou de Luis Bunuel), Wave Of Mutilation, le violent et court Tame, le pop Hey, le final Gouge Away (la chanson préférée de Frank Black sur le disque). On a droit à de petites plaisanteries (There Goes My Gun, La La Love You chanté par le batteur, Crackity Jones bien furax sur un ancien camarade de Black, qui était homo).

pixies

Et on a aussi droit à des splendeurs absolues : Here Comes Your Man est une merveille à chanter sous la douche, dans la rue, au boulot, un peu partout. Monkey Gone To Heaven est un titre immense et sombre, biblique presque (la Bible est une influence fréquente chez les Pixies : Nimrod's Son sur le précédent album), avec des paroles bien comme il faut : If men are 5, then the Devil is 6, and if the Devil is 6, then God is 7. Et n'oublions surtout pas de citer LE sommet de l'album, N°13 Baby (le titre en allusion à la marijuana, la 13ème lettre étant le M comme marijuana, ah ah ah), chanson grandiose à la ligne de basse tout simplement inoubliable. Le final de cette chanson...ça donne des frissons dans tout le corps. Et avec un peu moins de 4 minutes, c'est le titre le plus long, aussi. Rien que pour cette chanson située en 11ème position (en 13ème, au vu du titre, ça aurait été mieux), Doolittle est indispensable.

Debaser

Tame

Wave Of Mutilation

I Bleed

Here Comes Your Man

Dead

Monkey Gone To Heaven

Mr Grieves

Crackity Jones

La La Love You

N°13 Baby

There Goes My Gun

Hey

Silver

Gouge Away