Doobie_Brothers_One_Step_Closer_Front

Sorti en 1980, One Step Closer est le neuvième album des Doobie Brothers, et pendant un sacré bon bout de temps, ça restera leur dernier album studio (le groupe se reformera, mais ça sera surtout pour des concerts). Il suffit de regarder la pochette pour juger de l'ambiance au sein du groupe (apparemment, je veux dire) : sur les sept membres, aucun ne sourit sur la pochette. Michael McDonald (avant-dernier sur la photo), le chanteur/claviériste/principal compositeur, arrivé en 1976, semble être plus ou moins serein sous sa carapace d'ours. Idem pour le bassiste Tiran Porter (arrivé dès le second album), second sur la photo, et qu'on ne voit presque pas. Les autres semblent vraiment las, et on se demande si la photo a été prise après l'enregistrement de l'album. Parce que, compte tenu de la qualité vraiment minable de l'album, ça pourrait être une raison de faire la gueule...

doobie_brothers_0521

Très attristant de constater que seul Pat Simmons (juste avant McDonald sur la photo), guitariste/compositeur/chanteur occasionnel, est membre original des Doobie Brothers sur ce disque. Tous les autres membres historiques (Johnston, Hartman) sont partis depuis longtemps (1977). En revanche, sur One Step Closer, pas moins de trois nouveaux arrivants : John McFee (guitare), Cornelius Bumpus (saxophone, orgue) et Chet McCracken (batterie). Les autres membres sont Keith Knudsen (batterie), et bien entendu, Porter, McDonald et Simmons. Ordre sur la photo (on va y arriver, vous inquiétez pas) : McFee, Porter, Knudsen, McCracken, Simmons, McDonald et Bumpus.

Doobie_Brothers

9 titres (pour un peu moins de 38 minutes) sur ce One Step Closer ouvrant, pour les Doobies, une décenie qui ne les verra pas beaucoup évoluer. Sur les 9 titres, un ou deux sont dans le style de ce que les Doobies faisaient avant l'arrivée de McDonald (à savoir, folk-rock à tendance un peu country), comme l'instrumental South Bay Strut, assurément le meilleur moment du disque dans sa totalité. Ou Keep This Train A-Rollin', dont le titre est une allusion à Train Kept A-Rollin', le fameux standard bluesy. Le reste de l'album est dans le style de Minute By Minute, le très cartonneur (mais relativement médiocre) album précédent de 1978 : Just In Time, Real Love, Dedicate This Heart (co-écrite par McDonald et Paul Anka...Paul Anka !), No Stoppin' Us Now, tous ces titres se ressemblent, et sont interprétés en majeure partie par McDonald, dont la voix chaleureuse est bien une des rares raisons d'écouter ce disque mineur et vraiment ultra décevant. Un peu comme les Eagles avec leur The Long Run, les Doobies, ici, pêchent par lourdeur, fainéantise. C'est leur dernier album, et vous voulez que je vous dise ? Heureusement, que c'est leur dernier !   

FACE A

Dedicate This Heart

Real Love

No Stoppin' Us Now

Thank You Love

FACE B

One Step Closer

Keep This Train A-Rollin'

Just In Time

South Bay Strut

One By One