R34

J'ai voulu planter un oranger là où la chanson n'en verra jamais...

Je me souviens encore comme si c'était hier (et c'était pourtant il y à 11 ans) de quand cet album est sorti. J'avais acheté Rouge Sang, le précédent album de Renaud, à sa sortie, en édition double, collector, et j'avais adoré le bouzin, deux fois plus de Renaud (bah oui, double album) que de coutume en plus. Quelques années plus tard, je réviserai sérieusement mon opinion sur Rouge Sang (voir ma chronique d'hier), mais en 2009, quand est sorti l'album suivant, j'aimais encore ce disque. Je pense que j'ai commencé à me rendre compte qu'il était nul (ou disons, vraiment médiocre) un an plus tard environ. Mais quand est sorti son album suivant, cet album, Molly Malone - Balade Irlandaise, clairement, j'y croyais encore, à Renaud, malgré sa voix, déjà pas terrible en 2002 et 2006, et ici, clairement, pour la première vraie fois, le maillon faible du projet. Avant (car j'avais déjà abordé, il y à longtemps, cet album ; au moment de sa sortie, en fait), j'avais été plutôt gentil avec Molly Malone - Balade Irlandaise. Comme je l'ai été récemment (fin de l'année dernière) avec son dernier album en date. Si je devais refaire, maintenant, pour le cycle (mais vu que l'album a été abordé ici récemment, je ne le ferai pas), ma chronique pour Les Mômes Et Les Enfants D'Abord, je serais aussi gentil, conciliant, que je l'ai été dans ma chronique actuelle. Aucun intérêt, donc, de la refaire, surtout aussi tôt. Mais pour cet album de 2009, j'avais envie de remettre les pendules en place, je veux dire à l'heure, enfin, à leur place (merci Antoine de Caunes).

R35

Sorti donc en 2009, cet album est entièrement constitué de reprises d'airs traditionnels irlandais, adaptés en français.L'album a été enregistré en Irlande, avec essentiellement des musiciens locaux, et ça s'entend vraiment. Dédié à ses deux enfants, Malone et Lolita, l'album porte le nom d'une des plus fameuses chansons traditionnelles irlandaises (justement et évidemment reprise ici, en final), mais est aussi, évidemment, un jeu de mots, le nom de l'enfant le plus jeune de Renaud, qu'il a eu avec Romane Serda en 2006, est justement Malone. Et le sous-titre de l'album, c'est 'balade' avec un 'l', dans le sens probable de 'promenade' plutôt que dans son sens musical. Bref, Renaud nous emmène nous promener dans le répertoire traditionnel irlandais, et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'adaptation française de ces chansons est très bien foutue, le sens est globalement préservé, c'est du bon boulot. Et musicalement, rien à dire, les musiciens assurent, et les mélodies de ces morceaux sont sublimes, parfois même intemporelles. Une de ces chansons est déjà connue des fans du chanteur (du grand public, en fait), La Ballade Nord-Irlandaise, que Renaud avait déjà fait en 1991 sur Marchand De Cailloux. A la base un morceau traditionnel, The Water Is Wide, qui inspirera aussi bien Hugues Aufray chez nous que les Pogues groupe de rock irlandais, pour leur Dirty Old Town. On notera le titre de la chanson de Renaud, 'ballade'. Avec deux 'l'. Pour mieux voler, ah ah ah ! Hum... Cette nouvelle version n'est pas aussi bonne que l'originale de 91, parce que la voix. Renaud, c'est officiel et définitif à partir de ce disque, ne sait plus chanter.

R36

Enfin, si, il sait encore chanter, il sait placer ses mots, etc, mais il n'a plus de voix de chanteur. Tom Waits, à côté, c'est un ténor d'opéra. Que dis-je, un castrat. Renaud a définitivement perdu sa voix ici, il n'en avait pas une de compète, c'est vrai, pas un chanteur à voix comme l'étaient Brel ou Nougaro, mais il avait la sienne de voix, gouailleuse, que l'on adorait. Ce n'est même plus un filet, cette voix a été passé au concasseur, compressée par une presse hydraulique et ensuite baignée dans un bain d'acide à batterie avant d'être balancée dans un tas de gravier à partir d'une hauteur de cent mètres quinze. Ca fait, vraiment, mal de l'entendre chanter Dubliners, Vagabonds, Johnston's Motor Cars, Te Maries Pas, Mary ! ou le long (presque 8 minutes) Willie McBride, malgré l'excellence de l'accompagnement, malgré l'excellence de l'adaptation, et malgré l'excellence de l'idée de départ de cet album. Je ne peux plus l'écouter, ce disque, alors que j'aime Renaud et que j'aime les airs irlandais traditionnels. 15 ans plus tôt, ce disque aurait été tellement meilleur, si seulement Renaud l'avait fait à l'époque de A La Belle De Mai ou de Putain De Camion, ou même, encore mieux, en 1983... Dommage, donc. Et rendez-vous demain pour la fin du cycle...

Vagabonds

Belfast Mill

Johnston's Motor Cars

Je Reviendrai...

Adieu A Rhonda

La Fille De Cavan

Te Marie Pas, Mary !

A Carlingford

La Ballade Nord-Irlandaise

Dubliners

Willie McBride

Incendie

Molly Malone