sheer

Après un premier album éponyme assez correct, mais tout de même moyen en 1973, Queen sort, en 1974, deux albums. Le premier s'appelle Queen II, et sous sa magnifique pochette signée Mick Rock (et qui servira de base pour le clip de Bohemian Rhapsody, un an plus tard), est une formidable amélioration de niveau, un disque sensationnel considéré comme le premier classique du groupe, un album offrant quelques pépites comme Ogre Battle, Seven Seas Of Rhye (dont une courte version instrumentale se trouvait déjà sur Queen) ou The March Of The Black Queen, sans lequel Bohemian Rhapsody n'existerait sans doute pas (j'exagère, mais ce morceau est tout de même une sorte de version embryonnaire du hit de 1975). Peu après dans la même année, Queen sort son troisième album, et le premier à posséder un vrai titre. Ce titre, en l'occurrence, est aussi celui d'une de leurs chansons...de 1977, Sheer Heart Attack. Explication rapide : le groupe a écrit cette chanson en 1974 pendant les sessions de l'album, et tout en ayant décidé de donner à l'album le même titre que la chanson, a écarté ladite chanson, soit par manque de place, soit parce qu'elle ne leur plaisait pas trop à l'époque (la même chose est  "arrivée" à Led Zeppelin et aux Doors, les premiers avec Houses Of The Holy, les seconds avec Waiting For The Sun, les chansons-titres faites pendant les sessions de ces albums se retrouveront à chaque fois sur un autre album, fait deux ans plus tard). Mais le titre est resté, et il faut dire qu'il bute, ce titre (la chanson aussi, qui se trouve sur News Of The World et possède un rythme punk speedé, mais là n'est pas la question) !

SHA2

L'album aligne 13 chansons, ce qui est pas mal, pour 39 minutes, ce qui signifie que pas mal des chansons sont assez courtes. La pochette est encore une fois signée du spécialiste (David Bowie, Lou Reed, Syd Barrett, T-Rex...) Mick Rock, et représente les membres du groupe, allongés avachis les uns sur les autres dans divers sens, en sueur, regards hébétés, chemise (et pantalon, pour Freddie Mercury) ouvert(e)s. On les sent crevés, exténués, comme après un show particulièrement énergique. La pochette, il me semble, fera quelque peu scandale (sexuellement ambiguë et expressive). Pour le verso, le groupe ne s'est pas cassé le cul, on retrouve le même visuel (avec un effet 'brisé', ceci dit). Musicalement, en revanche, le groupe s'est bien cassé le cul, car Sheer Heart Attack, affilié au glam-rock, est un beau mélange des genres, en réalité. Tellement mélange des genres qu'au départ, j'ai mis du temps, beaucoup de temps, avant de parvenir à aimer l'album. Quand j'ai découvert Queen (par le biais de leurs deux Greatest Hits, puis de News Of The World), j'avais dans les 12 ans, et à cet époque, un album aussi étrange, inclassable, éclectique que Sheer Heart Attack ne passe pas forcément bien la rampe. Idem pour un autre album de Queen, Jazz (1978), que j'aime beaucoup mieux maintenant qu'autrefois (et ce, sans toutefois l'adorer, je dois le dire), mais que je n'aimais pas du tout (idem pour Sheer Heart Attack) à 12 ans, en 1994 donc. Pour l'album de 1974, à l'époque, j'adorais, dessus, Now I'm Here, Flick Of The Wrist, Tenement Funster, Brighton Rock et In The Lap Of The Gods...Revisited, ce qui, compte tenu du nombre de morceaux (13), est remarquablement peu. Par la suite (et après une assez longue période pendant laquelle, A Night At The Opera et A Day At The Races exceptés, je n'écoutais plus Queen du tout), le déclic s'est fait. Bon, il y à toujours, ici, un titre que je n'aime pas trop (le hit de l'époque Killer Queen, que je trouve précieux - dans le sens des "Précieuses Ridicules" - et énervant) et deux titres que je n'aime pas du tout du tout du tout (Bring Back That Leroy Brown, un pastiche de chansons des années 20, assez affligeant, et le proto-calypso Misfire, très court heureusement, moins de 2 minutes, et situé, sur l'album, juste avant l'autre morceau que je déteste ici). Mais le reste...

SHA1

L'album s'ouvre d'ailleurs sur un morceau anthologique qui, en live, servira essentiellement de tremplin à Brian May pour un solo de guitare toujours virtuose (bien souvent, le groupe ne chantera plus le morceau, se contentant du solo), Brighton Rock. Tenant son nom d'un roman de Graham Greene (mais il n'y à, sinon, pas de lien avec le roman), ce morceau est un festival, avec moult riffs tuants (May est au sommet, ici) et un Mercury en forme. Killer Queen suit, puis Tenement Funster, chanté par le batteur, Roger Taylor, qui avait environ un morceau par album (May aussi) jusqu'à 1982 environ. Cette chanson sur un fan de rock un peu mauvais garçon qui fait chier ses voisins avec sa musique jouée trop forte et se fringue à la super-plus-énième mode glam est une pépite franchement méconnue et que j'adore. On passe à Flick Of The Wrist, chanson qui peut sembler énervante (Mercury y chante de manière très expressive, mais, hey, c'est Mercury), mais son refrain est assez catalyseur. Lily Of The Valley, qui suit, est une belle petite chanson acoustique, avec un piano sublime, chanson très courte (moins de 2 minutes) et reposante. Puis Now I'm Here, tuerie absolue de la face A (mieux que Brighton Rock, si si !), chanson anthologique au riff dévastateur, le groupe se relâche dans les refrains, c'est un régal de hard-rock à la sauce glam. La face A se finissait sur ce morceau divin. La B s'ouvrait sur une note assez space, même flippante quand on écoute le disque pour la première fois et qu'on ne s'y attend pas : des hurlements suraigus de Roger Taylor (coutumier du fait) en ouverture d'In The Lap Of The Gods, morceau opératique, étrange, très réussi, mais qu'il faut écouter plusieurs fois pour bien l'apprécier. On sent que la face B sera différente de la A, pas forcément de beaucoup, mais moins accessible. Stone Cold Crazy, qui suit, semble prouver le contraire, ce morceau dévastateur, très speedé (et qui sera repris par Metallica, voir l'album de reprises Garage Inc. de 1998, qui la contient), est du pur hard-rock bien heavy. A vrai dire, la reprise par Metalloche est à peine plus heavy que l'originale ! Dear Friends (1 minute à peine), qui suit, est une complainte de Mercury au piano, rien d'autre, très joli. Misfire, ensuite, j'en ai déjà parlé, ainsi que, juste après, Bring Back That Leroy Brown, on passe. Arrive la chanson de Brian May (celle qu'il chante, donc, car sinon, il en signe d'autres, sur l'album), She Makes Me (Stormtrooper In Stilettoes), une splendeur méconnue, au rythme lancinant, éthéré et, en même temps, pesant, j'adore. L'album se finit ensuite sur In The Lap Of The Gods...Revisited, reprise très différente de la chanson ouvrant la face B (une reprise tellement différente qu'en fait, c'est totalement autre chose ! Plus une suite qu'une reprise, en fait), une chanson anthologique se finissant en apothéose (les vocalises reprises en choeur) et qui, en live (voir Live At Wembley '86, sur lequel le morceau est crédité sans la mention "...Revisited"), sera grandiose. Comment mieux finir l'album qu'ainsi ? Avec des choeurs dantesques et un gros coup de tonnerre.

SHA3

Sheer Heart Attack est donc un disque étonnant, mélange savant (malgré une ou deux fausses notes) entre rock, glam, hard-rock, folk, ballades, ambiances étranges, préciosité et ruguosité. Le groupe ivre un album assez différent du précédent, pas forcément meilleur, mais pas un mauvais album du tout (et pourtant, au départ, je pensais exactement le contraire : je voyais ce disque comme un mauvais album avec quelques bons trucs, je n'avais pas mesuré son importance et son niveau). Un disque essentiel pour tout fan du groupe (qui, s'il est fan, possède de toute façon le disque depuis longtemps), pas forcément celui à écouter pour découvrir Queen, mais tôt ou tard, il faudra passer par lui. L'année suivante, le groupe de Mercury et May livrera un album anthologique à côté duquel les précédents opus du groupe (et les suivants...) passeront pour des billes : A Night At The Opera. La consécration ultime. Mais en attendant, Sheer Heart Attack est un des meilleurs albums du groupe, et un des meilleurs albums de 1974. Un grand cru, quoi !

FACE A

Brighton Rock

Killer Queen

Tenement Funster

Fick Of The Wrist

Lily Of The Valley

Now I'm Here

FACE B

In The Lap Of The Gods

Stone Cold Crazy

Dear Friends

Misfire

Bring Back That Leroy Brown

She Makes Me (Stormtrooper In Stilettos)

In The Lap Of The Gods...Revisited