Waka_Jawaka

En 1972, alors qu'il est bloqué dans un fauteil roulant suite à une chute de scène (causée par un spectateur débile) lui ayant fracturé une jambe (entre autres séquelles), Frank Zappa décide de radicalement changer d'orientation musicale pour son groupe, les Mothers. Il vire Flo & Eddie, ses deux chanteurs loufdingues, et recrute une pléthore de musiciens, transformant le groupe (dont restent Don Preston, Ian Underwood, Aynsley Dunbar, George Duke) en un véritable big band. Cette formation ne durera pas longtemps, un an à peine, le temps de deux disques : celui-ci, et The Grand Wazoo, tous deux de 1972. Waka/Jawaka est le premier de ces deux disques, donc.

zappa_wakab

Avec ses quatre titres (dont un d'une face entière), Waka/Jawaka est un disque court (35 minutes à peu de choses près) et pas vraiment concis, en revanche. Considéré par Zappa comme une suite potentielle à son grand succès Hot Rats de 1969, il est d'ailleurs fait mention de cet album sur la pochette rigolote montrant un évier avec, sur les robinets, Hot et Rats. Amusant, zappaïen en diable. Waka/Jawaka, cependant, n'est vraiment pas aussi facile à décrire que Hot Rats (l'album le plus facile d'accès de Zappa, porte d'entrée parfaite pour découvrir l'artiste). Aucun des 4 morceaux, même les deux pièces les plus courtes (Your Mouth fait 3 minutes, It Just Might Be A One-Shot Deal en fait 4) sont complexes, car très bizarrement écrites. Improvisation et écriture rigoureuse des mélodies se mélangent dans un bordel sonore assez difficile à saisir, assez difficile à pénétrer. Waka/Jawaka n'est pas un disque facile d'accès. Vous me direz, rares sont les disques de Zappa faciles d'accès. Oui, mais là, c'est clair, le barbichu a fait fort. Big Swifty (17 minutes) et le morceau-titre (11 minutes) sont des chevauchées de dingueries ou la guitare de Zappa se mélange au big band (cuivres, claviers) qu'il a recruté (Sal Marquez, Erroneous, Bill Byers...).

frankzappa

Pas vraiment recommandé pour démarrer la découverte de Zappa, Waka/Jawaka est un disque ma foi très réussi, mais pas très sympa, car vraiment bordélique et difficile. Au même titre que Burnt Weeny Sandwich, Uncle Meat ou We're Only In It For The Money, l'album nécéssite plusieurs écoutes attentives et courageuses. Nul doute qu'au final, vous entrerez dedans, mais ça se mérite ! Pour ma part, je ne suis pas certain d'avoir totalement mérité cet album, pour le moment...

FACE A

Big Swifty

FACE B

Your Mouth

It Just Might Be A One-Shot Deal

Waka/Jawaka