44566122_p

En 1973, Ian Gillan et Roger Glover, respectivement chanteur et bassiste de Deep Purple (tous deux depuis 1970), se barrent, sans se douter qu'ils reviendront un jour au sein du groupe et qu'à l'heure actuelle, bah, ils y sont toujours. Raison de leur départ ? Ils en pouvaient probablement plus de la tension avec le guitariste Ritchie Blackmore, ils avaient envie d'essayer autre chose... Deux nouveaux sont engagés pour les remplacer, David Coverdale et Glenn Hughes, ce dernier, en plus d'être bassiste, s'essaie aussi au chant. Le groupe reformé, que l'on surnommera dès lors Deep Purple MkIII, enregistre son premier album en 1973, il sortira en début 1974, Burn. Enregistré à Montreux, là même où fut fait Machine Head en 1972, l'album est un des meilleurs du groupe, rien que par la présence de trois immenses morceaux : le morceau-titre, You Fool No One (qui, en live, titillera souvent les 15 minutes) et Mistreated, que Blackmore jouera par la suite régulièrement avec son groupe Rainbow et Coverdale avec son groupe Whitesnake. Le reste est génial aussi, mis à part l'instrumental final, A"200" qui a bien vieilli et ne s'imposait pas trop. L'album cartonne, la tournée aussi (voir le concert London 1974 au Gaumont Theatre, remarquable), Coverdale, avec sa voix un peu rauque et différente de celle de Gillan, s'impose assez facilement. Un successeur s'impose aussi. Courant 1974, le groupe se rend en studio afin d'accoucher d'un nouvel album.

DP2

Sorti en novembre 1974, cet album, le neuvième album studio du groupe (et leur onzième en tout) a été enregistré entre août et septembre en Allemagne, aux Musicland Studios de Munich. Sorti sous une assez belle pochette représentant une grange typiquement américaine (photo réelle prise au Minnesota et qui sera réutilisée pour un album de Siouxsie And The Banshees, le cheval en moins) sur le point de se faire ravager par une tornade, et un cheval ailé sur le point de chevaucher ladite tornade, il s'appelle Stormbringer, ce qui est aussi le nom de la maléfique Epée Noire d'Elric de Melniboné, le guerrier albinos crée par Michael Moorcock. Coverdale, qui a eu l'idée du titre, n'avait, selon ses dires, pas encore lu le cycle écrit par Moorcock et donc, le titre (et d'une manière générale, la chanson-titre) n'a rien à voir du tout avec l'univers de Moorcock. Voilà, c'est dit. Stormbringer est un album assez particulier dans la discographie des Purples, et la plupart du temps, l'album est assez mésestimé, négligé. Dernier album du groupe avec Blackmore pendant 10 ans (après la tournée, en effet, Ritchie claquera la porte, fondera Rainbow, et le reformera Deep Purple - qui de son côté avait temporairement splitté en 1976 - qu'en 1984), c'est un disque à forte prédominance...funk. Court (36 minutes, pour 9 titres), il n'offre que peu de classiques, et semble toujours un peu frustrant. Je dois dire que je le sors rarement de son boîtier ou de sa pochette. 

DP1

Le groupe n'a d'ailleurs interprété que peu de titres de l'album en concert : Stormbringer, Lady Double Dealer, The Gypsy, Soldier Of Fortune. Des morceaux, il faut le dire, remarquables, en particulier les deux derniers cités, Soldier Of Fortune (que Coverdale chantera souvent avec Whitesnake) étant une majestueuse ballade baignée d'orgue, achevant l'album à la perfection, sur une touche de revenez-y. On réécoutera Stormbringer en grande partie grâce à la présence de ce morceau. Mais en grande partie, l'album, très fortement funky grâce ou à cause de la mainmise de Glenn Hughes (on entend sa si distinctive voix haut-perchée sur 6 des 9 titres, en duo ou contrepoint de celle de Coverdale, et il en interprète un tout seul, Holy Man, qui n'est pas immense), un bassiste de hard-rock, certes, mais ayant toujours aimé les rythmes funky/soul. Sincèrement, je n'ai rien contre ça, j'aime le funk, mais j'écoute Deep Purple pour écouter du hard-rock, pas du funk-rock. Je dois dire quand même que si High Ball Shooter et Holy Man sont moyennes, et Hold On sans surprise, You Can't Do It Right (With The One You Love) est remarquable, bien remuante. On retrouvera ce style funky sur l'album suivant, Come Taste The Band (avec Tommy Bolin à la guitare, formation MkIV, qui ne fera que cet album studio avant de céder la place au décès par overdose de Bolin en 1976) , via les morceaux de Hughes (Gettin' Tighter), mais quand même moins que sur ce Stormbringer qui a vraiment laissé entrer Stevie Wonder dans la musique des Britanniques, si on peut dire. Au final, c'est un peu inégal, et pas vraiment purpleien, malgré la présence d'excellentes chansons (par ailleurs les moins funky du lot). Blackmore ne s'y reconnaîtra pas, ou plus : une fois la tournée achevée (immortalisée par des albums lives géants à Paris et Graz, et le moins géant Made In Europe sorti en 1976), il se barre. Fin d'une ère. 

FACE A

Stormbringer

Love Don't Mean A Thing

Holy Man

Hold On

FACE B

Lady Double Dealer

You Can't Do It Right (With The One You Love)

High Ball Shooter

The Gypsy

Soldier Of Fortune