DP1 

On ne va pas se mentir : si vous êtes fan de Deep Purple, que vous avez tous (ou en tout cas, un paquet) leurs albums, vous savez, comme moi, que ce live n'est pas une grande affaire. Il possède plusieurs défauts redoutables, ce Made In Europe de 1976. D'abord, c'est anecdotique mais tout de même, son titre, qui fait évidemment allusion, d'une manière bien putasse, à leur fameux Made In Japan de 1972. Ensuite, le graphisme de la pochette, surtout au verso et à l'intérieur (pochette ouvrante). Notons cependant que les noms des membres du groupe sont indiqués, ce qui sera par la suite le cas pour plusieurs lives dits archivaux (les "Overseas Live Series" des années 2000/2010), afin que le futur acquéreur s'y retrouve plus facilement. Sauf erreur de ma part, ce live du groupe est le premier à faire de la sorte.

Autre gros souci, la durée de l'album. C'est un live, et il dure 45 minutes. Autrement dit, il est simple. Et comme je l'ai déjà dit, et ça continue encore et encore (c'est que le début, d'accord, d'accord), un live qui n'est que simple, surtout en vinyle, c'est un live qui a loupé sa station d'arrivée. Surtout quand il sort à une époque où les double (voire triple, voire même plus encore) albums étaient légion, parce que c'est vrai qu'avant 1969, il n'y avait que des albums live simples, donc on n'y pouvait rien. Moi, quand je vois qu'un album live n'est que simple, surtout de la part d'un groupe tel que le Pourpre, surtout quand l'album date des 70's (ou même plus tardivement), je suis, déjà, frustré, peu importe la qualité. Enfin, autre et dernier souci majeur, apparemment, mais ce live n'est pas le seul concerné loin de là, il y à eu des overdubs à foison, des rajouts en studio (applaudissements, etc), des parties refaites...bref, ce n'est pas comme Made In Japan qui, lui, proposait ce qui fut joué live et enregistré (au risque de proposer des erreurs, comme ce solo raté sur Highway Star, cette intro ratée sur Smoke On The Water), et reste donc un monument et un document historique. 

DP2

Bref, Made In Europe, ça partait mal. Et ce d'autant plus que cet album est basé sur trois concerts européens (au moins le titre n'est pas trompeur) dont deux existent depuis les années 90 en live complets ou presque (Graz, Autriche, 3 avril 1975, Paris, France (si, si !), 7 avril 1975 ; le troisième, situé entre les deux, est Sarrebruck, Allemagne, 5 avril 1975), et que, donc, même si apparemment une bonne partie de l'album est tiré de Sarrebruck, on a quand même des doublons, désormais, qui rendent Made In Europe peu crucial.

Mais alors pourquoi, et ce dès ma première écoute, j'ai toujours adoré cet album ? Sacré ClashDo, toujours cette envie de se démarquer du reste. Ah, ta gueule. Non, sérieux, j'aime ce live, mais vraiment beaucoup, malgré les défauts et reproches faits dans un paragraphe entier. Ce live est sorti en 1976, alors que le groupe s'est séparé de Ritchie Blackmore depuis un an et demi (il a quitté le Pourpre le lendemain du concert de Paris, le dernier de la tournée Stormbringer ; Tommy Bolin le remplacera, le groupe fera Come Taste The Band en 1975, suivi d'une tournée qui s'achèvera en mars 1976. Au moment de la sortie de Made In Europe, le Pourpre est en stand-by, et Tommy Bolin mourra d'overdose deux mois plus tard (décembre 76). Le groupe sortira un Last Concert In Japan merdique en 1977 (histoire de lui rendre hommage, tu parles) et puis ne reviendra qu'en 1984...avec Gillan, Glover et Blackmore. Mais bon, ce qu'on entend sur le live est donc la formation MkIII (David Coverdale au chant, Glenn Hughes à la basse et au chant, Blackmore à la guitare, Ian Paice à la batterie, Jon Lord aux claviers). 

DP3

Et plutôt en forme, même si des overdubs en studio peuvent sans aucun doute maquiller des imperfections dues à la farine colombienne. Mais si on écoute les deux lives Graz 1975 et Paris 1975, on entend un groupe en forme. Seulement 5 titres ici, des morceaux assez étendus, et si le groupe jouait des morceaux plus anciens à l'époque, ici, on ne trouve que des morceaux des deux albums studio de la formation MkIII, Burn et Stormbringer (1974 tous deux). On notera d'ailleurs, les fans le savent, un ordre de morceaux assez bordélique ici : Stormbringer était joué souvent parmi les premiers morceaux, en concert, et il est ici en final... Le live, sinon, s'ouvre logiquement sur le monumental et puissant Burn. Qui envoie une patate d'enfer comme à chaque écoute. Un Mistreated mémorable (j'adore ce morceau, toujours propice à de grandes envolées vocales...mais les versions de Rainbow, avec Dio au chant, sont peut-être mes chouchoutes) proposant des bribes du standard blues Rock Me Baby en son centre suit, le temps de 11 minutes à tomber, avant que Lady Double Dealer n'achève correctement (mais sans plus) la face A. La B est quasi exclusivement constituée de You Fool No One (16 minutes avec solo de batterie), à tomber, avant un Stormbringer final très efficace, mais mal placé, donc. A la rigueur, pourquoi ne pas l'avoir foutu avant You Fool No One ? Mais bon, j'y peux rien, malgré tous ces défauts, j'adore ce live. C'est pas un grand cru, c'est pas un des meilleurs lives qui soient, Deep Purple a fait mieux (il a fait pire aussi), c'est un album éminemment commercial de la part d'un groupe qui, déjà, n'existait plus...mais j'y peux rien, j'aime bien Made In Europe !

FACE A

Burn

Mistreated (interpolating Rock Me Baby)

Lady Double Dealer

FACE B

You Fool No One

Stormbringer