296916220_e48a98e710

Second album de Van Der Graaf Generator, The Least We Can Do Is Wave To Each Other date de 1970, et doit son titre d'une citation de John Minton (un peintre et illustrateur) : We're all awash in a sea of blood, and the least we can do is wave to each other ("nous sommes tous autant que nous sommes dans une mer de sang, et le mieux que nous puissions faire est de nager l'un vers l'autre").  Le groupe, en 1970, est constitué du chanteur/guitariste/pianiste Peter Hammill (une des plus grandes voix du progressif), du claviériste Hugh Banton, du bassiste et guitariste Nic Potter, du batteur Guy Evans et du saxophoniste et flûtiste David Jackson.

van_der_graaf

Comme toujours avec Van Der Graaf Generator (ou VDGG pour faire plus court), on a droit à une musique aussi riche que complexe, et, surtout, très sombre, à l'image de ce White Hammer de 8 minutes et 15 secondes abordant l'Inquisition. Ce morceau se termine dans un bordel sonore immense et magnifique, saxophones en furie. Bluffant. Bluffant, comme ce Darkness (11/11) qui ouvre l'album, et After The Flood, titre final.  En fait, tout est grandiose sur The Least We Can Do Is Wave To Each Other (titre aussi complexe que la musique), malgré, ceci dit, un Whatever Would Robert Have Said ? que j'apprécie nettement moins que les 5 autres titres. Il n'est pas nul, mais d'un niveau inférieur (du niveau de l'album précédent, The Aerosol Grey Machine, un des disques les plus faiblards de VDGG).

vdgg

Le chant de Peter Hammill est soit émouvant (Refugees), soit à la limite du terrifiant tant il plonge dans la folie (Darkness (11/11) par exemple). Van Der Graaf Generator mérite vraiment, avec King Crimson, la place de groupe le plus innovant et inquiétant, et envoûtant de l'histoire du rock progressif. Avec King Crimson, c'est clairement le groupe de progressif à conseiller à ceux qui détestent ce style musical si particulier. Cet album est indéniablement un des sommets du groupe avec Pawn Hearts, Godbluff et Still Life. Ne vous fiez pas à sa pochette qui, comme souvent chez VDGG, est aussi absconse que peu engageante. The Least We Can Do Is Wave To Each Other est un sommet.

FACE A

Darkness (11/11)

Refugees

White Hammer

FACE B

Whatever Would Robert Have Said ?

Out Of My Book

After The Flood