SC1

 

Cet album n'est pas le meilleur des Scorpions, il paraît. C'est même absolument certain : cet album n'est pas aussi grandiose que Taken By Force, Lovedrive et Blackout (les deux précédents et le suivant). Mais personnellement, je m'en fous. Cet album est mon  préféré du groupe, mais alors vraiment mon préféré, et c'est de plus un album très important pour moi, au même titre que le Isolation de Toto et la bande originale d'Orange Mécanique. A savoir, un disque que j'ai écouté, écouté, réécouté, réécouté tellement de fois, depuis le début de mon adolescence (ces trois albums, je les avais empruntés - en CD - dans la médiathèque de la ville où j'habitais alors, et copiés sur cassettes, cassettes que j'ai littéralement détruites à force de les passer ; depuis, évidemment, je les ai achetés en CD, et en vinyle pour deux d'entre eux, je n'ai pas encore le Scorpions sous ce format, mais j'ai dit pas encore, donc c'est prévu qu'un  jour, je me le chope sous ce format), que je les connnais par coeur, ils font partie de mon ADN musical, de mon ADN tout court même. Animal Magnetism, septième album studio - et huitième tout court en comptant le double live Tokyo Tapes de 1978 - des Scorpions est donc cet album, sorti en 1980 sous une pochette signée Hipgnosis. Pochette qui, à l'époque, avec le nom du groupe, a énormément fait pour que j'emprunte ce disque.

SC2

Dans la médiathèque, ils avaient plein d'autres albums du groupe, et j'avais déjà emprunté Love At First Sting (1984) rien que pour Still Loving You, que je connaissais déjà parce que, hein, c'est tout sauf une petite chanson méconnue. Mais entre les différents albums disponibles, et qui étaient de mémoire (parce que je les ai tous découverts ainsi, à la base, en les empruntant) In Trance, World Wide Live, Blackout, Animal Magnetism, Lonesome Crow, Crazy World, je ne savais pas trop lequel prendre, je n'y connaissais rien, je ne connaissais, du groupe, que leur slow qui tue et que je viens de citer (et les 8 autres chansons de Love At First Sting, évidemment), alors cette pochette m'a tapé dans l'oeil. Elle est aussi provocante qu'hilarante : une jeune femme agenouillée devant un homme debout, tenant une bouteille de bière à la main, son autre main dans la poche arrière de son jean, et à côté de la femme (habillée, comme le mec, en tenue western casual), un chien. Au dos, on ne voit plus la tête du chien, cachée par le jean du mec. Allusion sexuelle évidente, et d'autant plus scandaleuse qu'apparemment, c'est le médor qui se sacrifie pour la cause ! Notons au passage que le mec n'est plus habillé pareil, à condition que ça soit le même. Cette pochette a fait scandale, ce qui n'était pas la première fois pour le groupe (In Trance, Virgin Killer - surtout ! - , Taken By Force et Lovedrive ont fait scandale aussi), mais contrairement aux habitudes, la photo n'a pas été remplacée, sur aucun pressage ou format. Aujourd'hui, il serait tout simplement inenvisageable pour un groupe de sortir un album sous une telle pochette ; à moins de vouloir se retrouver sur Twitter enchaîné de la mention #balancetonporc. 

SC3

Voilà, deux paragraphes de passés, un pour le contexte et un pour la pochette, et je n'ai même pas parlé du contenu...et du contexte d'enregistrement de l'album. Animal Magnetism, sorti en 1980, est le représentant d'une période assez noire pour le groupe. Lovedrive (1979), leur précédent opus, a très bien marché, et le groupe est content de son nouveau guitariste Matthias Jabbs (qui remplace, depuis 1978, Ulrich 'Uli Jon' Roth). Notons cependant que sur Lovedrive, on avait aussi la participation remarquée, mais éphémère, de Michael Schenker, frangin de Rudolf (autre guitariste des Scorpions), guitariste qui fit partie de la toute première mouture du groupe avant de joindre UFO en 1973, et qui, en 1979, venait de quitter UFO. Il fondera son propre groupe, le MSG, peu après. Passons. Tout devrait bien aller pour les Scorpions, mais il y à cependant un gros truc qui cloche : Klaus Meine (chant) va mal. Vocalement, je veux dire. Atteint de polypes, il perd progressivement sa voix, et ça s'entend sur une partie des morceaux, il semble peiner à chanter aussi fort et aigu qu'avant, sa voix est un peu éraillée, forcée. Après l'enregistrement le groupe part en tournée, et son état ne s'améliorera pas. En 1981, alors que l'enregistrement de Blackout a démarré, il stoppe tout et se fait opérer, et pendant plusieurs semaines, ne devra plus rien dire, pour ne pas risquer de ne plus pouvoir parler du tout. Il dira par la suite qu'en cas de perte de sa voix, il se serait probablement flingué. Il retrouvera sa voix, cependant, et Blackout (1982) en sera la preuve, il n'aura jamais aussi bien chanté. 

SC4

Animal Magnetism offre 9 chansons, pour 39 minutes, et parmi ces chansons, deux ont très souvent, pour ne pas dire toujours, été interprétées live : Make It Real (le tube de l'album) et The Zoo, tuerie absolue à l'intro géniale. Lady Starlight, la ballade obligatoire (après des titres tels que Born To Touch Your Feelings, Holiday, Always Somewhere, et avant Still Loving You, When The Smoke Is Going Down, Send Me An Angel, Believe In Love...), est probablement la seule chanson du groupe a avoir été, dans sa version studio, arrangée avec des cordes et cuivres. Une bien belle chanson. Animal Magnetism, qui achève le bouzin, est un des morceaux les plus atmosphériques et étranges, psychédéliques, du groupe. Ces quatre chansons sont les meilleures d'un album qui marchera fort et est aujourd'hui un des préférés des fans, mais que la critique allumera quelque peu. Il faut dire que les autres chansons, tout en étant efficaces, ne brillent pas toujours par leur originalité : Don't Make No Promises (Your Body Can't Keep), probablement le morceau le moins abouti de l'ensemble, est une resucée de Another Piece Of Meat (1979), Only A Man (sur lequel on sent bien que la voix de Meine est en train de partir en couilles) est sans grand intérêt... Mais 20th Century Man possède un riff génial, Hold Me Tight (dans le refrain duquel on peine un peu pour Meine, mais il tient bien le coup) est efficace, Falling In Love est sympa... Mais bon, on a quand même la moitié de l'album (en terme de nombre de morceaux, mais aussi en terme de durée, car les quatre meilleures chansons représentent 21 minutes, soit un tout petit peu plus que la moitié de l'album, qui en dure 39) qui, à défaut de ne rien valoir, n'est tout de même pas immense. Malgré tout, comme je l'ai dit, j'adore cet opus des Scorpions, mon préféré, je ne cherche même pas à expliquer cet état de fait : dès la première écoute, j'ai juste adoré de A à Z, et bien que j'ai par la suite découvert que les autres albums étaient, souvent, supérieurs à lui, je continue de vouer un amour éternel à ce 'petit' album du groupe, définitivement mon chouchou. 

FACE A

Make It Real

Don't Make No Promises (Your Body Can't Keep)

Hold Me Tight

20th Century Man

Lady Starlight

FACE B

Falling In Love

Only A Man

The Zoo

Animal Magnetism