album_americana

En 1998, The Offspring devient de plus en plus commercial. Le groupe de skate-punk californien mené par Dexter Holland et Nouilles (pardon, Noodles) sort Americana. Sous sa pochette vraiment moche se cache un disque qui cartonnera, la faute à quelques singles puants comme le faussement reggae Why Don't You Get A Job ?, pour ne citer que lui. On accusera le groupe de plonger totalement dans les sonorités commerciales pour grand public, ce qui est par ailleurs tout à fait vrai. La suite de leur carrière sera encore plus axée sur le grand public, et sera, autant le dire, encore pire que cet Americana qui ne contient qu'un seul titre vraiment bon, Pay The Man (et encore...et encore...).

353705

Dire que j'ai été fan de ce groupe...en fait, c'est en achetant une copie K7 audio de cet album (je ne l'ai jamais eu en CD) que j'ai découvert le groupe, en 1998, et j'ai par la suite acquis les autres albums dans la même année. J'avais 16 ans. On est con, à cet âge-là. A l'époque, je trouvais ça fun, hype, hyper à la mode d'écouter The Offspring. Certains écoutaient Green Day, aussi, et entre les fans de Smash (The Offspring) et les fans de Dookie (Green Day), la prise de tête était rude, pour débattre de qui était le meilleur groupe de skate-punk. En fait, faut que je vous fasse une confidence, les mecs : les deux groupes sont aussi pourris l'un que l'autre. Si.

offspring

Americana commence par un Welcome de 10 secondes, puis Have You Ever, chanson en deux rythmes (putain, ils innovent, les mecs !!), déboule. Assez soûlante, mais pas pire que le heureusement très court Staring At The Sun qui suit. Pretty Fly (For A White Guy) est un des singles qui furent matraqués à la radio et en clip TV, l'histoire prétendument amusante d'un Blanc voulant se lancer dans le hip-hop, et accumulant déconvenues en déconvenues (il veut se faire tatouer un 13, mais on lui tatoue un 31, whoah, le pauvre gars, je le plains...ironie). Pretty Fly, qui contient un sample du Rock Of Ages de Def Leppard en intro (la référence qui tue, bravo les mecs) et est reprise en version mariachi en fin d'album (morceau caché, et ils ont eu raison de le cacher), est vraiment bouseux. The Kids Aren't Alright, en plus de se foutre de la gueule du The Kids Are Alright des Who (le titre, évidemment), tente la chanson sociale du style dans quelle misère les jeunes d'aujourd'hui vivent, mon Dieu, et se rate misérablement, la faute à un chant irritant, comme pour le reste des chansons, de Dexter j'ai la tête qui ressemble au cul de mon chien Holland. Ce fut aussi un single à succès.

The_Offspring_09_reference

Feelings est une parodie infâme de la fameuse chanson de Morris Albert (Dis-Lui dans sa version française chantée par Mike Brant), au rythme accéléré et aux paroles détournées pour qu'elles aient un sens totalement opposé à celles de la chanson initiale. C'est typiquement le genre de massacre musical qui me donnerait envie d'aligner les connards de ce groupe devant un mur pour les fusiller. La pire de l'album ? Ben oui, et les autres chansons sont quand même vachement pourries ; mais celle-là est totalement à détruire. She's Got Issues, autre single, est plus dans le style des précédents albums, mais ça ne signifie pas qu'elle soit bonne, loin de là. Et Walla Walla, dont rien que le titre fait rigoler de gêne, est une aberration (qui achevait la première face de ma K7 audio, d'ailleurs).  The End Of The Line et No Brakes enfoncent le clown dans le registre remplissage éhonté de l'album, mélodie horrible et chant stupide.

The_Offspring

Why Don't You Get A Job ? et son ambiance reggae/ska insupportable, single à gros succès de l'album, suit, et c'est une abomination débile au refrain aussi irritant que malheureusement entêtant (Say no way, say no way, no waaaaaa-aaaaay, whyyyyyy don't you geeet a joooooob ?). On a juste envie d'enculer Dexter Holland avec une batte de base-ball hérissée de clous et trempée dans du tabasco. Americana, autre naufrage qui donne son nom à l'album, suit, et enfin, c'est la Grande Finale, Pay The Man, avec son ambiance psychédélique qui, pour être honnête, est sympa. Le meilleur moment de l'album, le seul titre qui, à la rigueur, vaut le coup, mais ça reste quand même mineur et irritant sur la longueur. Après cette chanson, perdue dans le minutage, la reprise mariachi à vomir de Pretty Fly (For A White Guy).

The_Offspring__Band

Americana plaira aux adolescents amateurs de skate, de délires entre potes et de pseudo-rock, et, surtout, de pseudo-punk sans danger. Pas de prise de risque ici, le groupe rejoue sans arrêt la même rengaine, c'est certes joué à un rythme très speedé, mais sans aucun feeling. Avec, en plus, une connotation si on se faisait tout plein de thunes, les mecs ? qui, franchement, rend le tout totalement gerbant. Les premiers fans ne leur ont pas pardonné ce disque commercial, et les anti-Offspring ont une raison supplémentaire de ne pas écouter. Une pure daube musicale.

Welcome

Have You Ever

Staring At The Sun

Pretty Fly (For A White Guy)

The Kids Aren't Alright

Feelings

She's Got Issues

Walla Walla

The End Of The Line

No Brakes

Why Don't You Get A Job ?

Americana

Pay The Man