C4

Coldplay, on l'a vu hier, a réussi, avec A Rush Of Blood To The Head (2002), à surpasser son premier opus Parachutes. Ah, putain, cette première phrase sonne pas terrible, ça fait un peu comme si j'encensais ce groupe, comme si je trouvais leur premier album génial et leur deuxième encore plus génial. Non. Le premier album est correct, et le deuxième, nettement, très nettement meilleur, mais je ne suis pas un fan du groupe, voilà. Après le deuxième album, le groupe de Chris Martin se dit qu'il faudrait en faire un troisième. Ils entrent ainsi en studio en 2005, et en juin, ils décapsulent leur troisième album, X & Y. Encore une fois, on a droit à un artwork imbitable (qui, cependant, il faut le savoir, utilise le code Baudot, un des premiers systèmes de cryptage ; la clé est donnée dans le livret, dans la double page centrale ; c'est un coe assez galère à utiliser, et d'ailleurs, il y aurait une erreur sur la couverture, qui indique, en code Baudot, le nom de l'album : ça ne serait pas marqué X & Y mais X 9 Y, sacrés cons de Coldplay, ah ah ah, ça ne m'étonne pas d'eux). L'album est le plus long du groupe à ce jour : 62 minutes, pour 13 titres, dont 12 de crédités (le dernier est crédité + sur le CD ; pas sur le boîtier, juste sur le disque lui-même - mais s'appelle To Kingdom Come). Les six premiers titres sont numérotés X1, X2, etc, et les six autres, Y1, Y2, etc, sur le boîtier CD. Le livret est en papier cartonné assez rigide, épais, fait sans carbone, le groupe est écolo, altermondialiste aussi, un peu, et vante les mérites du commerce équitable dans le livret, et indique aussi des tas de liens vers des sites webs d'engagement humanitaire et social. Quand on les qualifie de nouveaux U2, c'est en partie pour ça.

C5

X & Y a été boosté par trois singles à succès (il y à eu en fait six singles autour de cet album, soit la moitié de l'album, mais trois sont vraiment devenus de gros hits plus que les autres) : What If, chanson qui n'aurait pas fait tache sur l'un des deux précédents opus, assez chiante même si le morceau s'emballe un peu ; Talk, qui se base sur un morceau de Kraftwerk (Computer Love) et est bien plus rythmé, plus rock j'ai envie de dire (mais Coldplay n'est pas rock dans le sens strict du terme), que ce que le groupe avait alors l'habitude de faire (je dois dire qu'à l'époque, j'ai acheté le disque, et les deux précédents, en même temps, parce que j'ai tellement aimé cette chanson et la suivante dont je vais parler), et Speed Of Sound, là aussi très pop/rock et entraînante. Sans doute la meilleure de l'album, celle-là, en tout cas une chanson dont je ne me lasse pas. Sinon, autrefois, cet album était classé dans les ratages (car j'avais, en 2009, abordé ce disque, ainsi que le précédent, sur le blog), ce n'est plus le cas même si j'ai conservé le tag, mais c'est de justesse. En fait, pardon, mais je vais quand même le laisser dans cette catégorie. X & Y est plus mouvementé que les deux précédents opus, et cette tendance va aller en s'accentuant, mais plus mouvementé, plus énergique, ne veut pas dire plus réussi. Bon, Fix You (un des singles restants, les autres sont White Shadows et The Hardest Part et, eux, ne sont pas terribles du tout) est quand même pas mal.

C6

Mais l'album est chiant dans son ensemble, on y trouve donc deux-trois très très bonnes chansons (quatre avec Twisted Logic, à la rigueur), mais pour ces chansons, combien de moments chiants, convenus, comme Low, Swallowed In The Sea ou Square One, sans parler du morceau-titre ? Le gros souci de cet album, c'est surtout sa durée : plus ramassé de 15/20 minutes, X  & Y (le titre, selon Chris Martin, est une allusion aux opposés qui s'attirent), il n'aurait pas été un sommet, n'exagérons rien (qualitativement parlant, je trouve les morceaux des deux albums qui le sandwichent dans la discographie du groupe bien plus réussis que ceux de X & Y), mais il aurait été un petit peu meilleur. D'ailleurs, c'est (pour le moment, du moins) le plus long du groupe et de beaucoup, le seul qui atteint l'heure de musique. Les suivants seront plus ramassés, aucun des quatre albums suivants n'atteint la cinquantaine de minutes. Ce qui les rend plus faciles à écouter, même si tous, loin de là, mais j'aurai l'occasion d'en reparler plus longuement dans les jours à venir, ne sont pas réussis. Le suivant, lui, est selon moi plus réussi que X & Y, album qui se vendra bien, très très bien même (Coldplay s'installe définitivement ici), mais est désormais considéré par les fans comme étant un de leurs moins satisfaisants. Moi, je n'ai pas envie d'être assassin avec ce groupe (5 ans plus tôt, je l'aurais été), je dis juste que, sans être un grand groupe, ils ont fait des trucs très sympathiques et corrects (dans leur registre), et que ce troisième opus, au graphisme hideux, n'est vraiment pas ce qu'ils ont fait de mieux. Même si on sent tout de même une évolution dans leur musique, encore plus évidente sur le prochain album. La suite demain, donc !

Square One

What If

White Shadows

Fix You

Talk

X & Y

Speed Of Sound

A Message

Low

The Hardest Part

Swallowed In The Sea

Twisted Logic

+ [Till Kingdom Come]