THE_20OFFSPRING_20__20Ixnay_20on_20the_20hombre_20__20Front

Quatrième album de The Offspring, Ixnay On The Hombre sort en 1997. L'album a eu la difficile tâche de succéder au succès monstrueux et mondial (16 millions de vente) de l'album précédent du groupe, Smash (1994), qui avait été un triomphe. Avec seulement 5 millions de ventes mondiales, Ixnay On The Hombre (titre étrange qui, selon le chanteur du groupe Dexter Holland, signifierait fuck authority) a été un semi-échec, donc. Pourtant, il est généralement considéré comme un des meilleurs albums du groupe, voire même comme le meilleur.

53553

J'ai été fan de The Offspring, ce groupe de skate-punk (punk-rock à tendance fun, très prisé des skateurs) californien, entre 15 et 17 ans. En fait, c'est la sortie, en 2000 (j'avais 18 ans), de Conspiracy Of One qui m'a fait totalement décrocher, l'album étant horriblement pop et nauséeux. Mais jusque là, j'adorais ce groupe. J'ai depuis bazardé tous mes albums de The Offspring, à l'exception de deux : Smash et Ixnay On The Hombre. Pour le premier, parce que ce disque fait, quoi qu'on en dise, partie des albums à posséder, des disques cultes (je possède Nevermind de Nirvana, mais je le déteste). Le second, car c'est le seul que je peux, à la rigueur, écouter de nous jours sans avoir envie de lancer une fatwa contre le groupe de Dexter Holland et de Noodles (guitare).

326249510

N'allez cependant pas croire que je vais, ici, défendre Ixnay On The Hombre. Malgré que j'aime vraiment quelques unes des chansons qu'il contient, je trouve le disque inégal et vraiment ridicule par moments, et bien qu'il s'agisse sans doute du sommet des Offspring, il n'en demeure pas moins assez peu recommandable et pas vraiment réussi dans son ensemble. L'album possède une pochette (et un artwork, en général) assez macabre, mais cependant fun, tournant autour de la fête des morts mexicaine, de l'imagerie religieuse traficotée, et des ossements. J'ai une phobie des ossements. Je ne plaisante pas, j'ai VRAIMENT un phobie des ossements. Bref, j'aime pas cette pochette, et même pire : elle me révulse. Comme le livret interne dépliant. Ceux qui ont le CD me comprennent.

TheOffspring2

L'album démarre par Disclaimer. Musique de foire, et la voix du chanteur des Dead Kennedys, Jello Biafra, qui énonce un texte introductif du style bienvenue à bord ! Amusez-vous bien ! N'essayez pas de le refaire à la maison sans surveillance ! Ne le prenez pas au sérieux ! Et éclatez-vous !... C'est, disons-le tout net, très ridicule. The Meaning Of Life est un titre efficace, dans le plus pur style Offspring, à savoir : intro tueuse, voix énervante de Dexter, paroles stupides, ambiance fun, on a envie de décrocher son skate pour aller se casser la gueule dessus. Mota ! est une merde, Me & My Old Lady est, elle, bien plus efficace, réussie, accrocheuse. En revanche, gros comédon d'honneur à Cool To Hate (yeah, it's cool to hate, so fuck you) et Leave It Behind, sans aucune originalité, pas accrocheurs, emmerdifiants au possible.

The_Offspring_band_2005

Le chef d'oeuvre du skeud arrive juste là, Gone Away, vraie merveille qui donne envie de se taper le reste de l'album pour espérer tomber à nouveau sur pareille bonne surprise. Riff tueur, ambiance parfaite, et même la voix d'ordinaire irritante de Dexter Holland est, ici, au service de la chanson. Franchement, c'est selon moi la meilleure chanson du groupe avec Dirty Magic (album Ignition de 1992). Puis I Choose, stupide et ridicule. Puis un Intermission rigolard sur fond de Tea For Two, et une voix disant aaaaah ! intermission ! Aaaaaaaaaah ! aaaaaah ! (soupirs d'aise de la voix). Franchement fun, mais très con et ridicule aussi. All I Want remet la patate après cette pause, mais c'est pas grandiose. Way Down The Line et Don't Pick It Up (faussement ska, réellement débile) n'arrangent rien du tout. En revanche, les deux derniers titres sont excellents : Amazed (qui ressemble un peu au Black Eyed Boy de Texas dans son riff) et Change The World (qui reprend le riff qui terminait, après une pause, l'album Smash) sont tuantes. Bref, l'album se finit en beauté.

1204967630_small

Ixnay On The Hombre, c'est 4 chansons excellentes, contre une dizaine de titres soit moyens, soit nullissimes. C'est un disque à l'ambiance rigolarde, fun, sans prétention, mais quand même totalement crétin. C'est de la musique pour skateurs décérébrés qui se persuadent, en l'écoutant, que c'est de la musique punk bien violente et anar. Faites leur écouter  L.A.M.F. de Johnny Thunders & The Heartbreakers, ou Fresh Fruit For Rotten Vegetables des Dead Kennedys pour leur faire découvrir du punk-rock bien vicelard et teigneux. Mais faites attention à prévenir les secours avant, car la syncope leur sera assurée. 

10170210_11386551

The Offspring ? De la musique de minets, faussement teigneuse, réellement aussi conne qu'une bite de Yorkshire enrhumé. Ca s'écoute, c'est parfois (mais rarement, quand même) intéressant, mais on a quand même l'impression d'écouter un groupe de p'tits cons qui se la jouent punk sans en avoir le feeling et la mentalité. On se lasse, de plus, très très vite de leur musique. Pas des dangereux, mais des pauvres petits connauds. Pitié pour eux, car ils pensent bien faire !

Disclaimer

The Meaning Of Life

Mota !

Me & My Old Lady

Cool To Hate

Leave It Behind

Gone Away

I Choose

Intermission

All I Want

Way Down The Line

Don't Pick It Up

Amazed

Change The World