Canned_Heat___Living_The_Blues

Sorti en 1968, Livin' The Blues, double album, est le meilleur album de Canned Heat. C'est un double album construit sur le même principe que le Wheels Of Fire de Cream et le Ummagumma de Pink Floyd : un disque est un enregistrement live, et l'autre est constitué de morceaux inédits studio. En l'occurence, le premier disque, ici, est le disque studio, et il atteint une durée assez inhabituelle pour un vinyle de l'époque : 47 minutes. Le disque live, lui, est plus court, 41 minutes, mais ne comporte qu'un seul titre...lequel, bien entendu, a été divisé en deux parties, rapport aux faces. 41 minutes de Refried Boogie. Autant le dire, ce disque live propose en 41 minutes tout ce que le rock pur de Canned Heat a à offrir : solo, impro, sens du rythme...et aussi, une grosse part de suffisance, de prétention. Disons-le tout net, sur ces 41 minutes, sans pour autant dire qu'on s'emmerde, on peut quand même dire qu'il aurait été assez utile de couper dans le tas. C'est clairement trop long (mais toujours divisé en deux plages audio pour le CD). On aurait aimé un titre de 20 minutes, et plusieurs titres plus courts sur une autre face.

promophoto4_2_copy

D'autant plus que le dernier titre du premier disque, Parthenogenesis, dure lui aussi 20 minutes. L'écoute de Livin' The Blues est donc ardue, trois titres de 20 minutes à écouter à la chaîne si on écoute les deux disques à la suite. Mais Parthenogenesis, lui, passe largement mieux la rampe (de même que le disque studio en général), en raison de sa construction en 9 segments (tous réunis sur une seule plage audio) , instrumentaux ou vocalisés. Parthenogenesis occupe les 4/5 de la deuxième face de l'album, et est indéniablement le sommet de Livin' The Blues. Mais les titres plus courts qui occupent le reste du premier volume sont cependant exemplaires : l'hymne hippie Going Up The Country, qui sera l'hymne absolu du Festival de Woodstock l'année suivante...Pony Blues...Boogie Music...Et ce long (presque 7 minutes) et sensationnel Sandy's Blues. Je n'aime pas trop My Mistake, en revanche.

subwayheatcolor1_copy02

Entre le chant nasillard d'Alan 'Blind Owl' Wilson et celui, plus affirmé, de la montagne rocailleuse Bob Hite, la musique de Canned Heat oscille, ici, entre douceur folkeuse et grandiloquence heavy rock de la plus belle eau. Sans doute un peu trop long, notamment dans son segment live, Livin' The Blues n'en demeure pas moins un album mythique, et le disque à posséder de Canned Heat. Certes, à part Going Up The Country, on ne trouve aucun tube ici (On The Road Again se trouve sur l'album précédent, Boogie With Canned Heat), mais la musique est parfaitement représentative de son époque. Un disque essentiel.

FACE A

Pony Blues

My Mistake

Sandy's Blues

Going Up The Country

Walking By Myself

Boogie Music

FACE B

One Kind Favor

Parthenogenesis :

a) Nebulosity

b) Rollin' And Tumblin'

c) Five Owls

d) Bear Wires

e) Snooky Flowers

f) Sunflower Power

g) Raga Kafi

h) Icebag

i) Childhood's

FACE C

Refried Boogie (Part 1)

FACE D

Refried Boogie (Part 2)