eels_electroshock

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la sortie et l'énorme succès de son premier disque, Beautiful freak, qui a cartonné sur les ondes radios, Eels tient à s'éloigner du grand succès commercial. En même temps, les choses ont changé pour son chanteur et compositeur principal, à savoir Mark Oliver Everett, plus connu sous le pseudonyme de Mister E. D'ailleurs, Eels n'est pas vraiment un groupe à part entière.
Il s'agit avant tout d'un seul et unique personnage, le même Mister E, qui a connu de nombreuses tragédies.

En résulte Electro-Shock Blues, sorti en 1998, et seconde livraison du groupe américain. En effet, Electro-shock blues est marqué par plusieurs drames, entre autres, le suicide de la soeur de Mark Oliver Everett et le cancer en phase terminale de sa mère.
Electro-Shock Blues est donc un album personnel, introspectif et destiné à faire le deuil de toutes ces tragédies. Pour l'anecdote, Mister E pensera même à arrêter sa carrière, mais son entourage le poussera à réaliser un nouveau disque.

En ce sens, Electro-Shock Blues fait presque figure de psychanalyse. La pochette du disque est de toute beauté puisqu'il s'agit d'un dessin réalisé par la soeur de Mark Oliver Everett. Ce dessin représente un ciel étoilé et une demie lune. Dans ce ciel bleu teinté de tristesse, deux personnages (un homme et une femme) volent en compagnie d'un chien tenu en laisse.
Le disque est plutôt généreux en terme de compositions puisqu'il propose 16 titres, tous (sans aucune exception) marqué par les thématiques de la mort, du deuil et de l'abandon.

Pour ceux qui ont adoré le premier album, donc Beautiful Freak, ils risquent d'être sérieusement décontenancés par ce second effort, par ailleurs bien meilleur que son prédécesseur. Paradoxalement, Electro-Shock Blues n'a aucune vocation commerciale.
Aucun des titres figurant sur ce disque ne pourrait être diffusé sur les ondes radios, tout du moins, à des heures de grande écoute. Tous les morceaux sont pour le moins cafardeux et ne sont pas vraiment faciles d'accès. De ce fait, difficile d'apprécier Electro-Shock Blues à la première écoute.

C'est un disque qui se découvre avec le temps et qui contient de nombreux bijoux, tels que Cancer for the Cure, Elizabeth on the bathroom, Going to your funeral (pt 1 et pt 2), Climbing to the moon, Last stop: this town ou encore The Medication is wearing off, pour ne citer que ces exemples.
Electro-Shock Blues ne contient aucun faux pas ni aucune chanson un peu faible. Avec ce second effort, Mark Oliver Everett a enfin trouvé son style et son identité. De ce fait, Electro-Shock Blues est bien plus abouti que son prédécesseur, néanmoins de qualité.

Il n'est donc pas étonnant que Electro-Shock Blues soit souvent cité par les fans comme leur disque favori, souvent à égalité avec Daisies of the Galaxy, troisième livraison du groupe. Pourtant, au moment de sa sortie, Electro-Shock Blues ne rencontrera que l'indifférence générale.
Le public ne suit pas et boude le disque. En revanche, la critique est dithyrambique à son sujet. Electro-Shock Blues trouvera enfin la reconnaissance avec le poids des années. Aujourd'hui, il figure parmi les meilleurs albums de rock indépendant des années 90. Clairement, sa réputation n'est pas usurpée.

Avec Electro-Shock Blues, Mister E applique une formule qu'il reprendra presque à chaque fois sur les albums suivants, à savoir des mélodies très inspirées par le monde de l'enfance (Baby Genius), des balades belles à en pleurer et un univers musical assez varié, parfois un peu étrange (Cancer for the cure est vraiment une grande réussite !).
L'album se termine sur le superbe P.S. You rock my world. Bref, un disque essentiel, surtout si vous êtes fan de ce groupe !

Eels: Electro-shock blues

1. Elizabeth on the bathroom floor
2. Going to your funeral pt 1
3. Cancer for the cure
4. My descent into madness
5. 3 speed
6. Hospital food
7. Electro-shock blues
8. Efils god
9. Going to your funeral pt 2
10. Last stop: this town
11. Baby genius
12. Climbing to the moon
13. Ant farm
14. Dead of winter
15. The medication is wearing off
16. P.S. You rock my world