2550454629_1

En 1968, après leur grandiose The Notorious Byrd Brothers, les Byrds virent country. Le groupe est, à ce moment-là, constitué du chanteur/guitariste/compositeur Roger McGuinn, du bassiste Chris Hillman (les deux seuls membres fondateurs encore dans le groupe - Hillman quittera le groupe après cet album), et du guitariste et chanteur Gram Parsons, fraîchement arrivé pour ce disque (et qui quittera le groupe après). Pas de batteur officiel depuis le départ de Michael Clarke, donc Kevin Kelley et Jon Corneal assurent ce poste. Clarence White, qui entrera dans le groupe dès l'album suivant, joue de la guitare sur certains titres, et on y entend aussi d'autres musiciens comme le pianiste Earl Ball et le bassiste Roy Huskey.
En 1968, donc, les Byrds virent country. Et publient cet album qui n'obtiendra que peu de succès à l'époque avant de devenir totalement culte (influençant les Eagles première génération, ou ZZ Top, par exemple) : Sweetheart Of The Rodeo. 11 titres, dont 9 reprises (les deux autres chansons sont signées Gram Parsons : One Hundred Years From Now et le grandiose Hickory Wind).

byrds_july1968_843e9

Deux reprises de Bob Dylan ici, respectivement la première et la dernière des chansons de l'album. Reprises de Merle Haggard (Life In Prison), Woody Guthrie (Pretty Boy Floyd), ou d'une musique traditionnelle (I Am A Pilgrim)...Sur les 11 titres, franchement, rien à jeter. Mais je dois avouer que j'ai mis vraiment beaucoup de temps avant d'apprécier Sweetheart Of The Rodeo. C'est généralement l'album qui fait ombre au reste de la discographie des Oyseaux. L'album culte, l'album référentiel. En plus, il y à ce génie de Gram Parsons (mort trop tôt, en 1973) dessus...en plus, les Byrds innovent en prônant un retour au son country pur, en écartant le folk-rock des débuts...
L'album est grandiose, mais il ne plaira pas à tout le monde. Les anti-country, fuyez, ce disque court (31 minutes) ne propose que ça ! Mais il propose des chansons admirables, comme Hickory Wind, The Christian Life (sur laquelle les voix de Parsons, pour de sinistres raisons contractuelles, furent effacées), You Don't Miss Your Water ou Blue Canadian Rockies. En un mot comme en cent, Sweetheart Of The Rodeo est un grand album, et un des sommets des Byrds. Après, ce n'est pas non plus, selon moi, leur meilleur album (pour moi, Dr Byrds & Mr Hyde de 1969), ni leur second meilleur (The Notorious Byrd Brothers). Je le place en troisième position. Médaille de bronze, c'est pas mal, non ?

FACE A
You Ain't Going Nowhere
I Am A Pilgrim
The Christian Life
You Don't Miss Your Water
You're Still On My Mind
Pretty Boy Floyd
FACE B
Hickory Wind
One Hundred Years From Now
Blue Canadian Rockies
Life In Prison
Nothing Was Delivered