P1

Le quatrième album d'Iron Maiden, Piece Of Mind, en 1983, avait son lot de grands classiques, et le groupe en sera très rapidement très content (Steve Harris, le bassiste et leader du groupe, estime que c'est leur sommet pour la décennie 80, il exagère un peu quand même). C'était le premier album du groupe avec le batteur Nicko McBrain, qui a totalement fait ses preuves. Après une courte mais intense tournée promotionnelle, le groupe, sans aucun changement de personnel (ce qui est la première fois, entre deux albums), s'envole à nouveau (car là était le lieu d'enregistrement de Piece Of Mind) pour les Bahamas, afin d'y enregistrer le successeur de Piece Of Mind. De février à juin 1984, soit une durée d'enregistrement nettement plus étendue que pour les précédents opus, le groupe accouchera des 51 minutes (et 8 titres) d'un album qui sera le propulseur d'une future tournée mondiale absolument dantesque, le World Slavery Tour. Cet album s'appelle Powerslave, et rien que sa pochette, signée du fidèle Derek Riggs et montrant Eddie reconverti en pharaon-dieu égyptien sur une pyramide monumentale (et, dans la pochette intérieure, en momie enchaînée dans son sarcophage), rien que sa pochette, donc, donne le ton : cet album va être monumental, semble nous dire le groupe. Album que j'ai acheté, à l'époque, uniquement pour sa pochette, sans même chercher à savoir ce qu'il valait musicalement parlant (je n'ai pas été déçu), Powerslave, même son titre bute, est en effet une date dans l'histoire du groupe. On en parle généralement comme d'un des albums de heavy metal les plus séminaux, majeurs qui soient, comme du sommet absolu de l'entier catalogue discographique de Maiden, et je dois dire que cette réputation est loin d'être usurpée.

P4

En 51 minutes, ce disque est à l'époque le plus long du groupe, et même si cette durée sera par la suite bien battue (les albums des années 90/2000 font dans les 70 minutes, souvent !), elle ne le sera pas avant 1992 (je parle des albums studio uniquement). Powerslave est aussi le dernier album du groupe à posséder un instrumental, en l'occurrence Losfer Words (Big 'Orra), un morceau bien nerveux, avec de belles envolées de guitares. L'album s'ouvre sur un doublé de singles/classiques, deux chansons emblématiques d'Iron Maiden, aux thèmes guerriers : Aces High et 2 Minutes To Midnight. La première parle de l'aviation militaire, la Royal Air Force, en plein combat aérien, et est une ouverture d'album absolument grandiose, du genre à vous foutre le barreau et à faire en sorte que ce barreau ne vous quitte plus jusqu'aux dernières secondes de l'album. En live, ça sera juste butant. Puis 2 Minutes To Midnight, 6 minutes efficaces (même si, comme pour Run To The Hills de l'album The Number Of The Beast, je me suis un peu lassé du morceau à la longue) abordant le sujet de la fameuse Doomsday Clock, l'Horloge de la Fin du Monde, qui mesure la situation mondiale et le degré de potentialité d'un affrontement nucléaire. Plus on se rapproche de minuit, plus l'inéluctabilité d'un conflit nucléaire est proche. Minuit moins 2 (traduction du titre de la chanson), c'est très proche de la catastrophe. A l'heure actuelle, nous sommes à minuit moins 5, les gars... Après ces deux chansons emblématiques, surgit l'instrumental cité plus haut, très bon, puis Flash Of The Blade qui, elle, je dois le dire, est clairement le point faible de Powerslave. Une chanson sympa (le riff d'intro est ultra efficace), mais qui, comparée au reste de l'album, peine un peu. The Duellists, qui vient achever la face A (oui, l'album possède 8 titres, mais la face A en contient plus de la moitié à elle seule), est une allusion au film Les Duellistes de Ridley Scott (et avant ça, à la nouvelle du même nom, de Joseph Conrad), sur deux duellistes à l'épée. Petite anecdote : Bruce Dickinson, le chanteur, est aussi un grand amateur d'escrime, qu'il a pratiqué, et continue sans doute de pratiquer (il est aussi pilote d'avion, autre anecdote) !

P2

La face B s'ouvrait sur Back In The Village, chanson sympa et nerveuse qui, il me semble, s'inspire de la série TV Le Prisonnier, avec Patrick McGoohan (déjà une source d'inspiration, en 1982, pour The Prisoner, qui utilisait un sample de la série ; pas de sample ici, en revanche). Le refrain est un peu énervant, la chanson est sans doue un peu longuette (5 minutes), et c'est clairement la moins bonne de la face B (et une des moins bonnes de l'album), mais il n'y à rien de honteux non plus, et son final (Bruce qui chante à toute berzingue) est amusant. Puis... Un bruit venteux, un rire caverneux et flippant, un rire de monstre, et un riff de la mort qui tue, Powerslave débarque. 7 minutes ahurissantes (le solo, ultra mélodique, est beau à pleurer) sur une momie de pharaon, piégée dans son sarcophage, dans sa pyramide, ne demandant qu'une chose, sortir, être libéré ; le groupe est en forme absolue, et dire que ce morceau, bien que grandiose, n'est pas le sommet de l'album qui lui doit son titre ! Car, en effet, juste après, sans pause ou presque, déboule un morceau anthologique, le dernier, une pièce montée de 13,40 minutes (ça reste le morceau le plus long d'Iron Maiden) largement inspirée par un poème de Coleridge portant le même nom : Rime Of The Ancient Mariner ("Le Dit Du Vieux Marin"). Citant à deux reprises, à la lettre, le long poème épique de Coleridge, ce morceau-fleuve parle d'un marin qui, un jour, tue un albatros, contre l'avis de ses hommes d'équipage qui savent bien que ce grand oiseau est sacré, que si on en tue un, on risque la  malédiction, le mauvais oeil. Du jour au lendemain, plus de vent, plus de marée, le bateau est immobilisé. L'eau potable vient à manquer, les vivres aussi, l'air devient lourd, les hommes d'équipage meurent tous un à un, seul le marin reste en vie. La nuit, ils reviennent tous en morts-vivants, pour le tourmenter. Il prie, qu'on lui vienne en aide Puis, après un certain temps, le vent revient, le marin peut repartir, seul, et comprend qu'on exigera de lui, dès lors, qu'il raconte son histoire partout où il ira, pour mettre en garde : ne pas tuer ce que Dieu fait. And the tale goes on and on and on and on... Musicalement, ce morceau est un des plus progressifs du groupe, avec alternance d'ambiances, bruits de fond (bateau qui grince, cris divers...), gros passages instrumentaux assez heavy et/ou d'ambiance (Bruce Dickinson marmonne même son texte, cité de Coleridge, à un moment donné, d'une voix sinistre, d'outre-tombe, et le passage en question est justement celui de la mort de l'équipage, They dropped down, one by one). Ce morceau est juste puissant, que dire de plus ?

P3

Avec sa légion de classiques (Aces High, 2 Minutes To Midnight, Powerslave, Rime Of The Ancient Mariner seront tous joués live durant la pharaonique tournée 1984/85, le World Slavery Tour, qui donnera lieu au premier live long format du groupe, le mythique Live After Death, en 1985), sa production démentielle signée Martin Birch et sa pochette sublimissime (on notera que c'est la première fois que le nom du groupe n'apparait pas en grosses lettres rouge, mais en petites lettres dorées, avec, évidemment, la même police de caractères), Powerslave est un album important pour Iron Maiden. La tournée qui va suivre sera la plus longue et épuisante que le groupe connaîtra, ils ont même failli ne pas s'en relever, comme Nicko McBrain le dira par la suite. D'ailleurs, les premières tensions internes viendront durant l'enregistrement de l'album suivant, qui sortira en 1986 : Dickinson avait l'idée de faire un disque plus calme, quasiment acoustique, mais le reste du groupe ne sera pas d'accord. En attendant, avec ses chansons démentielles et son ambiance bien puissante, Powerslave est une tuerie, un disque essentiel (de plus) pour un groupe désormais définitivement majeur dans son domaine. Ca y est, on peut le dire, Maiden est là pour durer, s'est imposé ! Le succès monumental de la tournée le prouvera d'ailleurs totalement, si une telle preuve était nécessaire.

FACE A
Aces High
2 Minutes To Midnight
Losfer Words (Big 'Orra)
Flash Of The Blade
The Duellists
FACE B
Back In The Village
Powerslave
Rime Of The Ancient Mariner