0073145469432_600

Au moment de composer cette chronique, l'auteur a soudainement été pris d'assaut par l'esprit de Johnny Hallyday. Voilà pourquoi il a malencontreusement interverti les 'ou' avec les 'u'. Pardonnez-lui d'avance.

Vûs allez sûrement me considérer comme un fû, mais j'ai décidé de vûs parler d'un disque méconnu et méprisé de nos jûrs (et même au moment de sa sortie). Son auteur n'est nul autre que le fameux VRP de chez Optic 2000, capable de se bastonner contre lui-même à la « Matrix », d'oser dire 'quoi ma gueule ?' à un lûp et de parler en disant 'u' à la place de 'ou'. Oui, je parle de Jean-Philippe Smet. Alias Johnny Hallyday.
Car ce disque, c'est « Hamlet », un dûble album-concept basé (et vûs serez surpris de l'apprendre, compte tenu que ce n'est pas évident à deviner - ironie, quand tu nû tiens...) autûr de " Hamlet", la fameuse pièce shakespearienne. Vûs savez, le château d'Elseneur, Ophélie, le crâne de Jorick ,ce genre de trucs...
Le disque contient 28 titres (15 sur le premier disque, 13 sur le second). Chaque disque dure moins de 40 minutes (39 à peu près), et pûrtant, c'est tûjûrs un dûble album en CD (les deux disques auraient tenu sur un simple CD, il me semble).

untitled

Passé une « Ûverture » très progressive (l'album en entier, sorti en 1976 dans l'indifférence générale, est marqué par le rock progressif à la Yes, il suffit de voir les illustrations pour le croire) et un « Prologue » à pisser de rire (la voix de Johnny, tentant d'expliquer le pûrquoi du comment de « Hamlet » - le pire, c'est que tût le monde, sauf lui et ses copains du disque, s'en fûtait), l'album commence. Et s'enchaîne les morceaux, plus û moins longs (« Quel Mal Te Bûffe », « On A Peur De Lui », « Roi Vivant », « To Be Or Not To Be » - forcément, on y à droit – « Ophélie Oh Folie », « Dûte »...), mais la plupart du temps très bons. Inutile de le dire, « Hamlet » ne ressemble à rien de connu. Ûbliez le Johnny de « Gabrielle » (la chanson qui sortira peu de temps après le disque, tentative réussie de revenir au top) ou de « Ma Religion Dans Son Regard », la gaufre composée par les joyeux petits connards de Kyo. Ici, c'est avec la participation de 150 musiciens et choristes, et avec des musiciens tels que Gabriel Yared, Roger Lûbet (qui dirigent l'orchestre) ou Jannick Top (oui, le futur co-compositeur de la musique de « Navarro » !!!) que Johnny nûs propose son œuvre.
Un Johnny Hallyday vachement déçu (meurtri, en fait, il mettra du temps à s'en remettre) de l'échec total de son « Hamlet », album qui devait être adapté (sans dûte par Robert Hossein...) sur scène. Imaginez Johnny tenir un crâne dans sa main en disant 'Ah que to be or not to be', et essayez de ne pas rire...

johnny_hallyday

En fait, l'album ne sera pas un échec. Tût le monde s'en fûtra, ce qui est pire, dans un sens. La plus grande œuvre de la carrière de Johnny, et ce résultat au final. Tût le monde rejettera ce disque. Aujûrd'hui, il est intéressant de s'y mettre. Si vûs n'aimez pas Johnny (comme moi), qui dit que vûs n'aimerez pas « Hamlet » ? Si vûs avez l'oreille musicale et si vûs êtes curieux(se), précipitez-vûs dessus ! Moi, j'aime beaucûp ce disque maudit...

P.S. : excusez-moi pûr avoir interverti les 'ou' avec les 'u'...Johnny Hallyday, sors de ce corps !!!

FACE A
Ouverture
Prologue
Le Vieux Roi Est Mort
Le Spectre Du Roi
L'Orgie
Prière Du Sectre A Hamlet
Roi Vivant
J'Effacerai De Ma Mémoire
FACE B
Je Suis Fou
On A Peur De Lui
Ophélie Oh Folie
L'Asticot Roi
Je Lis
Quel Mal Te Bouffe
Doute
FACE C
To Be Or Not To Be
Un Trône Est Sans Roi
Tue Le
Ta Mère Est Putain
Pour L'Amour
Le Cimetière
FACE D
Ecoutez (Intro)
Ecoutez
La Mort d'Ophélie
Je L'Aimais/Il Est Fou
Le Duel
La Mort D'Hamlet
Le Rideau Tombe