sonic_youth

Sorti en 1990, Goo, avec sa pochette (dessinée par le bassiste de Black Flag, Raymond Pettibon) assez cynique et trash, est le premier album de Sonic Youth à paraître sur un label majeur (en l'occurence, Geffen Records, maison des Guns'n'Roses, Neil Young, Nirvana...), après plusieurs albums sortis sur un label indépendant ayant coulé. Est-ce pour cette raison (l'arrivée sur une grosse major d'un groupe emblématique du rock indépendant) que beaucoup de fans de Sonic Youth n'aiment pas ce disque ? On reproche souvent à cet album d'être trop accessible, commercial. Alors qu'en général, les disques de la Jeunesse Sonique sont bruyants, bruitistes, très bordéliques.
Pour ma part, Goo est le seul disque de Sonic Youth que je peux écouter sans problème, les autres (même le très culte Daydream Nation qui avait été fait deux ans avant) étant vraiment trop noisy pour mes oreilles. Très commercial, Goo l'est certainement. Quelque part. En tout cas, il est fulgurant, même s'il faut plusieurs écoutes pour bien entrer dedans (ça reste du Sonic Youth).
En 50 minutes bien tassées, le groupe de Kim Gordon (basse, chant), Thurston Moore (guitare, chant), Lee Ranaldo (guitare) et Steve Shelley (batterie) parvient à nous offrir 11 titres (qui existent tous, exception faite de Scooter + Jinx, en version démo) qui semblent revisiter le rock avec talent et furie. On pense à Metallica pour Titanium Exposé, aux Stooges pour Mary-Christ, à Blue Öyster Cult pour Disappearer...Une chanson, le magnifique Tunic (Song For Karen) chanté par Kim, est une ode à la chanteuse Karen Carpenter, du duo pop The Carpenters, morte d'anorexie. Kim en profite pour saluer aussi les autres disparus qui manquent (Elvis, Janis, Jim, Jimi, Brian). Autre chanson chantée par Kim, Kool Thing est un classique du groupe, chanté en duo avec le rappeur Chuck D du groupe Public Enemy (il paraît que LL Cool J a failli chanter à la place de Chuck D...). Mildred Pierce (dont le titre de démo était le très poétique Blowjob ?) est une furie de 2 minutes, hurlée littéralement par Thurston (terrifiant) tandis que My Friend Goo, tout aussi long (ou plutôt, tout aussi court...) semble vraiment pop (et est chanté par Kim).

the_band_avec_jimorrourke

L'album contient quelques passages noisy, bordéliques, bruitistes qui rappellent les premiers albums : Scooter + Jinx, bordel sonore de 1 minute chrono, constitué de plusieurs couches de guitares, qui vrombissent comme des moteurs de dragsters en stand-by...et le long (7 minutes) Mote qui termine la face A du vinyle initial. Malheureusement pour la réputation noisy du groupe, mais Mote n'est pas terrible...
On peut largement préférer les rocks purs Dirty Boots, Cinderella's Big Score et Mary-Christ (une chanson punk/grunge), plus efficaces.
Goo est un sommet de la carrière de la Jeunesse Sonique. Engagés chez Geffen, les Sonic Youth, un an après, firent entrer dans la fameuse major le groupe de grunge Nirvana, rassurant Kurt Cobain et ses petits potes qu'entrer dans une grosse entreprise de disques n'était pas signer la mort de leur musique si particulière. Grace à ça, Nirvana purent enfin sortir un disque digne de ce nom sur une major digne de ce nom. Et ce disque sera Nevermind. Bref, sans l'arrivée de Sonic Youth chez Geffen, pas de Nevermind. En ce qui me concerne, c'est bien le seul reproche que je pourrais faire à Sonic Youth (car, autant le dire direct, je hais Nevermind, et n'espérez pas le voir un jour sur ce blog)...
Au fait, le texte sur la pochette signifie J'ai volé son petit copain à ma soeur, et tout se transforma en tourbillon, chaleur, flash. En une semaine, nous avons tué mes parents et pris la route...A ne pas reproduire chez soi...

FACE A
Dirty Boots
Tunic (Song For Karen)
Mary-Christ
Kool Thing
Mote
FACE B
My Friend Goo
Disappearer
Mildred Pierce
Cinderella's Big Score
Scooter + Jinx
Titanium Exposé