N1

Si on vous parle de hard-rock 70's, vous allez forcément citer Aerosmith, Led Zeppelin, Deep Purple, AC/DC, Black Sabbath, Blue Öyster Cult, Kiss et Judas Priest. Vous en citerez sans aucun doute d'autres encore, mais il y à peu de chances, à moins d'être fans de ce groupe, que vous me citiez Nazareth. Groupe écossais fondé en 1968, toujours actif, Nazareth, je dois le dire, est un groupe que je ne connais que très peu, seulement deux albums, Razamanaz (avec notamment une reprise de Woody Guthrie !), leur troisième album, dont la pochette a sans doute été aperçue par Mark Knopfler tellement elle fait penser à celle du Love Over Gold de son groupe Dire Straits sorti 9 ans plus tard, et Hair Of The Dog, sorti en 1975, leur sixième album studio, et leur plus gros succès commercial. En fait, non seulement c'est leur plus gros succès commercial, mais c'est aussi leur premier vrai gros succès commercial, le groupe, mené par le chanteur Dan McCafferty et le guitariste (et ici producteur) Manny Charlton, aura mis le temps ! Pourtant, plusieurs des précédents opus étaient produits par Roger Glover, ex-bassiste de Deep Purple, et ce dernier n'est pas une daube en matière de production, et son nom aurait pu attirer l'oeil des foules...

N3

Sorti sous une pochette très fantasy, Hair Of The Dog est un monstre sacré du hard-rock. Les Guns'n'Roses ne s'y tromperont pas, en 1993, en reprenant le morceau-titre sur leur "The Spaghetti Incident ?", ce qui a peut-être redonné un peu de "vie" à un groupe sinon certes toujours actif, mais qui restera éternellement en seconde division, dans l'ombre des piliers cités plus haut. Au sujet des Guns, d'ailleurs, leur reprise est terriblement fidèle, et c'est en partie dû au fait que le timbre de voix de leur chanteur, Axl Rose, est très très proche de celui du chanteur de Nazareth. J'avais, autrefois, fait écouter Hair Of The Dog, version originale, à un pote, qui pensait que c'était une prise différente de la version Guns ! Now you're messing with a son of a bitch ! Contrairement à je pense pas mal de monde de ma génération, je n'ai pas découvert cette chanson via la reprise ; ayant découvert l'album des Guns avec un petit peu de retard, j'ai découvert l'album de Nazareth avant, en empruntant le vinyle dans une bibliothèque. Ce fut un gros choc. Le morceau-titre, déjà (ce riff...), mais aussi (et là aussi, quel riff...sabbathien en diable !) Miss Misery, ou bien cette sublime reprise, absente de certaines versions de l'album (et remplacée par Guilty, en même position), du Love Hurts des Everly Brothers, douce et mémorable, utilisée dans une pub il y à une paire d'années. Changin' Times aussi est mémorable (et encore une fois, un riff tétanisant, qui drive parfaitement le morceau...).

N2

En fait, tout l'album (l'instrumental, quasiment progressif, Rose In The Heather) est fantastique, une quarantaine de minutes parfaites. Le tout s'achève sur un morceau très long (presque 10 minutes) mais qui semble définitivement trop court, une de mes plus grosses claques de ma vie de fan de rock, Please Don't Judas Me. Morceau indescriptible qui démarre lentement, pesamment, hypnotiquement, synthés formant un drone sonore discret, guitare menaçante  tissant une mélodie vaguement orientalisante, le chanteur semble en état de transe, il ne braille pas comme sur le reste de l'album, non, il chantonne, presque timidement, son texte. Pas ou peu de batterie, des percussions discrètes. Le morceau est une montée en puissance, un crescendo haletant, presque angoissant, on sent que ça va péter, on ne sait pas quand. Arrivé au milieu du morceau environ, une mélodie de guitare fait surgir, presque par surprise, la batterie, des choeurs féminins (Vicky Silva) déboulent, angéliques, McCafferty répête, en voix doublée, le titre du morceau, en intermittence, un solo de guitare arachnéen se tisse tout du long, le morceau se finit au bout d'un assez long fade (plus d'une minute pendant laquelle le son baisse, très graduellement), l'ensemble de ce morceau, qui ne pouvait être placé ailleurs qu'en final, file le frisson et mérite incontestablement le titre de sommet de l'album, et sans doute même du groupe. L'album aussi, sans doute. Putain d'album...

FACE A
Hair Of The Dog
Miss Misery
Guilty
Changin' Times
FACE B
Beggars Day
Rose In The Heather
Whiskey Drinkin' Woman
Please Don't Judas Me