2543648419_1

Je vais être clair : ce disque a rythmé mon enfance et mon adolescence. Et pas que la mienne, je sais : c'est après tout l'album le plus vendu de tous les temps, plusieurs centaines de millions d'exemplaires, le compte est devenu assez difficile, voire impossible, à effectuer. On peut dire sans se tromper qu'à peu près tout le monde possède Thriller chez lui, que ce soit en vinyle, K7 ou CD, éditions d'époque ou rééditions collector. J'ai pour ma part le vinyle et une ancienne édition CD dont le livret dépliant commence à s'user franchement, mais je ne rachèterai le CD pour rien au monde (il faudrait vraiment que mon CD soit devenu rayé et inécoutable pour ça, et ce n'est heureusement pas le cas du tout). Ce fut d'ailleurs le premier CD que j'ai eu, je devais avoir dans les 9 ou 10 ans (en 1991/1992, donc). Pou revenir à Thriller, disque sorti l'année de ma naissance, et à peu près à la période de ma naissance (je suis né en fin octobre 1982, l'album est sorti vers novembre, je crois), ces 42 minutes sont tout simplement anthologiques. C'est un disque hautement commercial, il suffit de voir le nombre de singles qui furent tirés de l'album, quasiment tout (seules Baby Be Mine et The Lady In My Life ne furent pas commercialisées en singles, je crois). L'album est sorti alors que Michael Jackson était déjà bien connu, mais pas encore une star absolue. Son précédent opus solo, Off The Wall en 1979, avait eu quelques succès (Rock With You, Don't Stop 'Til You Get Enough, She's Out Of My Life, la chanson-titre), mais rien de comparable avec ce que sera Thriller.

114743320-2

Intérieur de pochette vinyle

Déjà apparemment obnubilé par l'envie de changer de couleur de peau (encore un ou deux ans, et il sera quasiment blanc, le Bambi), Michael a convoqué, avec l'aide de son pote le producteur Quincy Jones, des musiciens d'enfer, beaucoup ont déjà bossé sur Off The Wall, comme Greg Phillinganes ou certains membres du groupe de pop-rock Toto (tous les membres du groupe jouent sur Thriller, certaines titres comme Human Nature ont été composés par certains d'entre eux). Plus, on le sait, sur Beat It, Eddie Van Halen, de Van Halen, pour le solo de guitare (qui, à la base, devait arriver en final du morceau, mais Eddie convaincra Jackson et Quincy de le mettre au centre), le reste des parties de guitare étant signées Steve Lukather, guitariste de Toto. Un classique, ce Beat It, tout comme son clip (et les autres clips : Billie Jean, Thriller, surtout Thriller), mais des classiques, l'album, je l'ai dit, en a plein. Même sa pochette est culte, et pourtant, elle est sobre : Jackson, superbement et classement fringué de blanc, est allongé nonchalamment au sol (à l'intérieur de pochette, il y à un petit tigre sur sa jambe), nimbé de lumière. Belle écriture type néon pour le nom de l'album et de l'artiste. A l'intérieur, la sous-pochette blanche offre les paroles, avec deux illustrations plutôt moches, dessinées par Bambi, une représentant The Girl Is Mine (Jackson et Paul McCartney, qui co-interprète la chanson, se disputent une jeune femme qu'ils tirent chacun de leur côté, l'ensemble forte un coeur) et l'autre, Thriller (des monstres sortant d'une TV que Jackson et sa copine regardent). L'album s'ouvre sur un Wanna Be Startin' Somethin' anthologique qui sera samplé par Rhianna (Don't Stop The Music) et qui, de son côté, semble avoir outrancièrement pompé le Soul Makossa de Manu Dibango (Mama se mama sa mamakossa), ce qui ne l'empêche pas d'être un grand titre, vraiment. A noter l'allusion à Billie Jean dans les paroles, amusant ! Baby Be Mine, chanson très superficielle d'apparence, est une petite pépite certes gavée de claviers, mais vraiment charmante. The Girl Is Mine, en duo avec Macca (il y aura un autre duo, absent de tout album de Bambi, Say Say Say, moins glorieux), est une réussite, encore une fois, dont on ne se lasse pas malgré le grand nombre d'écoute. Deux hommes se disputent l'amour d'une femme. I'm a lover, not a fighter est devenu une phrase culte.

jackson_thriller

Thriller, qui achève la face A, est une bombasse atomique qui donnera lieu, deux ans plus tard, à 15 minutes de vidéoclip anthologique signées John Landis, effets spéciaux du tonnerre, danse des zombies imparable (Jackson était un danseur hors pair, on le sait), rebondissements incessants (le final)... Du cinéma musical en 15 minutes. La chanson fait 9 minutes de moins, mais assure totalement, entre la porte qui grince de l'intro et le 'rap/slam' de Vincent Price dans son anthologique final (For no mere mortals can resist...the evil...of...the thriller... Aaaaaaah ahahahahahaha !!!! ah ah ah ahahaaaaaaha !!!), et la chanson, évidemment, qui serait anthologique même sans ces effets sonores qui la rendent encore plus culte. La face B s'ouvrait sur le cultissime Beat It et son ambiance baston de rue, puis Billie Jean (invention du moonwalk dans le clip), qui parle d'un procès en paternité qui fut fait à Jackson par une jeune femme qui affirmait qu'il était le père de son enfant. Il le clame, Billie Jean is not my lover, she's just a girl who says that I am the one, but the kid is not my son. Apparemment, à la surprise générale de l'équipe du studio, il aurait enregistré ses voix en une seule prise, ce fut la bonne. Quincy Jones aurait placé une piste d'ocarina quelque part, dans le mix, qui n'est pas évidente à entendre. Human Nature, chanson signée des gars de Toto (sans vouloir critiquer Toto, car j'aime bien ce groupe, ça se sent, ici), parle d'un robot et des sentiments humains. Sur scène, Jackson mimait un androïde, gestes saccadés. Une sublime chanson. Je suis en revanche un peu moins fan de P.Y.T. (Pretty Young Thing), sur laquelle Janet et LaToya, soeurs de Bambi, poussent des choeurs. La chanson me sort un peu par les yeux à force de l'écouter, c'est le point faible de Thriller selon moi, s'il y en à un. C'est quand même pas mal. Enfin, The Lady In My Life, merveille absolue, chanson la moins connue de l'album, une des plus belle, une de mes préférées.

Jackson_Michael_Triller_Nl_5_enl

Sous-pochette

Dans l'ensemble, Thriller détonne totalement. A peu près à la même période, Prince sortira 1999, qui tentera (avec plus de moyens, quelque part : l'album était double) de concurrencer Thriller. Mais comment concurrencer pareil léviathan ? L'album sera LE disque de l'année 1983, tout le monde devait d'ailleurs en avoir un peu marre, courant de l'année, d'entendre sans arrêt les chansons de l'album à la radio, à la TV, chez les gens, dans les magasins... La rançon du succès. Si on excepte We Are The World en 1985 (avec Lionel Ritchie), Jackson ne fera quasiment plus rien jusqu'à 1987 et l'album Bad, et sera ensuite assez fainéant, niveau albums ; mais à chaque fois, malgré une belle baisse de niveau dès HIStory (double album à la fois best-of et album d'inédits, en 1995), ça sera un évênement, un album de Jackson. Malgré qu'Off The Wall, Bad et Dangerous (trop long, surproduit, mais de très grandes choses dessus) soient excellents et même mieux que ça encore, Thriller reste définitivement le sommet de cet artiste parti trop tôt, et qui a vraiment apporté beaucoup à la pop music de son époque. On peut critiquer le people (syndrôme de Peter Pan, soupçons de pédophilie, petite folie dans la tête, etc), mais l'artiste, du moins jusqu'à 1991, reste intouchable.

FACE A
Wanna Be Startin' Somethin'
Baby Be Mine
The Girl Is Mine
Thriller
FACE B
Beat It
Billie Jean
Human Nature
P.Y.T. (Pretty Young Thing)
The Lady In My Life


Mickael jackson Thriller video clip
envoyé par meeee37. - Regardez d'autres vidéos de musique.