ZZ7

Bon Dieu, qu'elles prenaient la poussière, les chroniques de ZZ Top ! Sauf celle de Degüello (et encore) vu que j'avais refait la chronique il y à quelques années (mais je la referai quand même prochainement dans le cycle), mais pour les autres, c'était depuis 2009, no shit. Comme on arrive ici au troisième album et que je n'avais pas encore, jusqu'à récemment, chroniqué les deux premiers opus, ZZ Top's First Album et Rio Grande Mud, cet article est donc le premier de cette vague de réécritures. Ne sortez pas le champagne, vous êtes ridicules. Mais j'avoue que je suis content de reparler de ce groupe qui, fut un temps (j'avais dans les 15/16 ans), a beaucoup compté pour moi, avant que je ne m'en désolidarise quasi complètement (au moment de les aborder ici en 2009, je n'écoutais déjà quasiment plus ZZ Top). Cet opus-ci, le troisième donc, a toujours été un de mes favoris des barbudos. Pareille déclaration n'est pas rare, d'autant plus que cet album est très souvent, quasiment unanimement, considéré sinon comme leur meilleur, du moins comme un de leurs sommets. Si le premier album était franchement réussi, il se vendra correctement, mais sans plus. Le second aussi, les ventes seront bonnes, mais la concurrence était rude, et c'est surtout en live que le trio Gibbon/Hill/Beard fera parler de lui. A partir de ce Tres Hombres ("trois hommes" en espagnol) à pochette d'un beau vert, les choses vont changer. Tout en continuant de connaître le succès dans leur Texas natal (il faudrait être sacrément con pour ignorer totalement d'où viennent les ZZ Top, tant les allusions, détails, références, etc sont légion chez eux), le trio va le connaître aussi dans le monde entier grâce à une chanson issue de cet album, et que je n'ai limite pas besoin de citer, mais je vais le faire quand même : La Grange

ZZ8

Pas la peine de la présenter, hein, cette chanson, plus qu'inspirée par le Boogie Chillen de John Lee Hooker (son Boom Boom aussi, rapport aux vocalises en a-how-how-how-how), et parlant d'un bordel situé dans la ville texane de La Grange, un vrai lieu, pas un endroit fictif inventé pour la chanson. Je ne sais pas si les ZZ Top ont passé du bon temps là-bas, mais qui sait ? Une chanson géniale, bluesy, boogie, qui sent bon la sueur, la chaleur du Texas, la poussière et le Q, et sur laquelle Billy Gibbons brille de mille feux sur sa guitare. On ne s'en lasse pas. Tres Hombres, album court (33 minutes pour 10 titres), est un album dont on ne se lasse pas, en fait, même s'il n'est pas parfait : Hot, Blue & Righteous, complainte bluesy achevant la face A, est un peu larmoyante et je ne l'ai jamais aimée, et Move Me On Down The Line, qui ouvre la face B, est certes rythmé, mais un peu trop facile. Bon, on n'écoute pas ZZ Top pour écouter des sonorités progressives ou expérimentales, on est d'accord. Mais si on compare avec Waitin' For The Bus, morceau d'ouverture au riff monumental, ou au très étrange et sympathique Shiek (orthographe étrange : est-ce Sheik mal écrit sur la pochette, ou bien est-ce bel et bien l'orthographe du morceau ? Comme les paroles manquent à l'appel sur la pochette...), sans parler du bluesy et tétanisant Jesus Just Left Chicago ou du truculent Beer Drinkers & Hell Raisers, on se rend compte que ce n'est pas du même niveau. 

ZZ9

Master Of Sparks (sur une coutume texane bien sympathique qui consisterait à trimbaler un mec à l'arrière d'une fourgonnette après lui avoir fait boire des coups, à rouler à tombeau ouvert et à le faire valdinguer de l'arrière du cam'tard, ah c'qu'on rigole) est une chanson géniale, au rythme pesant et efficace, Have You Heard ? est un final très réussi, Precious And Grace est une chanson remarquable... Et La Grange, évidemment, La Grange. On se rend donc compte qu'au final, ce troisième opus des Barbus est une incontestable réussite, malgré deux morceaux en-dessous du reste, qui totalisent moins de 6 minutes au compteur, donc ce n'est pas trop grave. Le succès de cet album sera immense, mondial, le groupe va rapidement devenir de plus en plus important, et l'album suivant sera l'inévitable album live, même si, concernant les ZZ Top, rien n'est jamais vraiment normal. Aussi, cet album live...ne le sera pas totalement. Mais ça, j'en reparle dans deux jours, pour la suite du cycle !

FACE A
Waitin' For The Bus
Jesus Just Left Chicago
Beer Drinkers & Hell Raisers
Master Of Sparks
Hot, Blue & Righteous
FACE B
Move Me On Down The Line
Precious And Grace
La Grange
Shiek
Have You Heard ?