AMOLAD1

Après un retour triomphal en 2000 (Brave New World), Iron Maiden a sorti, en 2003 (ils mettent définitivement plus de temps entre chaque album maintenant qu'autrefois...), son treizième album studio, Dance Of Death. En dépit d'une paire de chansons un peu anodines et d'une pochette proprement et salement dégueulasse (l'auteur lui-même l'a reniée !), l'album est une belle petite réussite, pas le sommet du groupe, mais il n'y à franchement pas de quoi en avoir honte. La tournée qui s'en suivra, et qui sera immortalisée par le double live Death On The Road (enregistré au cours d'un concert allemand, à Dortmund) en 2005, sera un succès. Désormais, Iron Maiden a réussi à totalement revenir au plus haut niveau, lui qui faisait clairement partie des valeurs sûres dans les années 80 avant de sombrer, au cours des années 90, après le départ de Bruce Dickinson, a réussi à faire oublier ce petit passage à vide (surtout de la part du public, qui, affectivement, s'était éloigné de Maiden durant l'ère Blaze Bayley, 1994/1999), et à revenir en force, et ce, en deux albums ! En mars 2006, et ce jusqu'en avril, le groupe, au line-up définitivement inchangé (Dickinson, Harris, Murray, Smith, Gers, McBrain) depuis 2000, enre à nouveau en studio, les studios Sarm West de Londres, où fut enregistré le précédent opus. Ce nouvel opus sortira en août 2006 et est produit par Steve Harris (basse) et Kevin Shirley, le troisième album produits par eux, d'affilée, la recette s'étant effectivement avérée gagnante. Sous une pochette assez morbide (ayant un petit problème phobique avec les squelettes, vous comprendrez que je ne suis pas particulièrement fan d'elle !) signée Tim Bradstreet et Grant Goleash, et représentant une scène de guerre avec des soldats squelettes partant au front, devant un char d'assaut avec l'emblème d'Eddie dessus (et avec ledit Eddie sur le char d'assaut, armé), l'album porte le même titre qu'un film fantastique : A Matter Of Life And Death (Une Question De Vie Et De Mort, film de 1946 avec David Niven) prenant place pendant la Seconde Guerre Mondiale.

AMOLAD4

 Long de 72 minutes, A Matter Of Life And Death est un des disques les plus étendus d'Iron Maiden ; il ne contient, de plus, que 10 titres, et parmi eux, deux d'entre eux dépassent les 9 minutes (sans toutefois arriver aux 10 minutes), quatre autres en font plus que 7, et le plus court, Different World, fait 4 petites minutes, tout rikiki, pas vrai ? A sa sortie, l'album sera très bien accueilli par la presse spécialisée et les fans, qui, pour leur part, n'hésiteront pas longtemps, dans l'ensemble, avant de décerner à l'album la Palme du meilleur album studio de Maiden depuis Seventh Son Of A Seventh Son, quasiment 20 ans auparavant (1988) ! Il faut dire que cet album a de quoi plaire. Sa production est juste tuante, et à ce titre, il faut savoir que le disque n'a pas été mastérisé, afin de donner un son plus brut et live à l'ensemble. C'était une idée de Kevin Shirley, qui a convaincu Harris, et le résultat est à la hauteur. L'album a été très facile à enregistrer, en à peine deux mois, c'était plié, et pas mal des morceaux présents sur l'album sont des premières prises. On sent un enregistrement à la premier album de Led Zeppelin (qui a été enregistré en 36 heures, pas d'affilée, mais avec quasiment que des prises uniques) ! Quatrième album du groupe dont le titre n'est pas non plus celui d'une de ses chansons (avec Piece Of Mind et les deux de l'ère Bayley, The X Factor et Virtual XI), A Matter Of Life And Death sera la source d'une tournée mondiale assez étonnante : durant la première année de cette tournée, le groupe jouera l'intégralité de l'album live, avec quelques classiques en rappels. Cette idée sera assez moyennement appréciée des fans et de la presse, ils ont beau avoir aimé ou adoré l'album, ils viennent en concert pour entendre Maiden chanter Fear Of The Dark, The Number Of The Beast ou Run To The Hills, avec quelques une de leurs nouvelles chansons aussi, évidemment, mais surtout les classiques. Au bout de quelques mois, le groupe continuera sa tournée sur un mode plus classique (de nouvelles chansons et leurs classiques).

AMOLAD3

Pourquoi cette idée de jouer tout le disque en live, et quasiment que ça ? A Matter Of Life And Death serait-il conceptuel ? On serait tenté de le croire, vu la pochette de l'album, le titre en allusion à un film se passant pendant une guerre (et ce n'est pas un 'petit' film, mais un vrai classique !), et aussi le titre de certaines chansons, qui semblent parler de la guerre : The Longest Day ("Le Jour le plus long"), Brighter Than A Thousand Suns ("Plus lumineux que mille soleils", allusion au feu nucléaire ?), The Legacy (qui semble parler de ce que parle le film d'Adrian Lyne L'Echelle De Jacob, qui tourne autour d'une histoire d'expérimentation scientifique sur des soldats pendant la guerre du Vietnam, grand film méconnu). On semble aussi voir poindre un autre thème, la religion, avec For The Greater Good Of God, notamment. Certes, on a deux thèmes qui semblent revenir sur le disque, mais dans l'ensemble, l'album est juste un album de Maiden, super bien foutu, mais pas un disque conceptuel comme l'était Seventh Son Of A Seventh Son. Boosté par un single remarquable (pochette du single ci-dessous), The Reincarnation Of Benjamin Breeg, 7,20 minutes de tuerie (à noter que les quatre derniers titres font 7,20, 9,25, 7,25 et 9,20 minutes ! Ils représentent la moitié de l'album !), l'album aligne de grandes chansons. Rien que Different World, qui ouvre le bal avec force, donne le ton. These Colours Don't Run, Brighter Than A Thousand Suns (quasiment 9 minutes), transforment totalement l'essai, The Longest Day (quasiment 8 minutes) assure à fond, et quant aux quatre dernières chansons, c'est ahurissant, des cavalcades soniques grandioses (The Legacy marque au fer rouge, une des meilleures conclusions d'album de Maiden).

AMOLAD2

Pas de mauvaises chansons sur A Matter Of Life And Death, aucune, ce qui fait de ce quatorzième album un des plus solides et maîtrisés du groupe, et, oui, donc, un de leurs meilleurs, de leurs grands meilleurs. Peu avant la sortie du disque, Steve Harris fit une déclaration qui peinera un peu les fans (et les inquiétera, aussi), comme quoi Maiden ferait quinze album studio et puis s'arrêterait, Harris estimant que quinze disques, c'est pas mal. A Matter Of Life And Death est, comme je l'ai dit, le N°14 du lot, ce qui signifiait que l'album suivant serait le dernier (apparemment, Harris est, depuis la sortie du quinzième album, revenu sur sa déclaration, Maiden fera au moins encore un album). Avant-dernier album ou pas, ce disque de 2006 est, en tout cas, une claque, un chef d'oeuvre absolu, rempli de chansons grandioses (qui, hélas, ne se trouvent sur aucun album live officiel ; deux ans après, Maiden sortira un live, mais il ne proviendra pas de la tournée de l'album, et l'album live suivant aussi ne contiendra aucun extrait de cet album), et un fan d'Iron Maiden se doit, à tout prix, de l'écouter.

Different World
These Colours Don't Run
Brighter Than A Thousand Suns
The Pilgrim
The Longest Day
Out Of The Shadows
The Reincarnation Of Benjamin Breeg
For The Greater Good Of God
Lord Of Light
The Legacy